OM : les retombées incomparables de la qualification en Champions League pour le club

Pourquoi l'OM a eu une très bonne idée de se qualifier directement pour le C1.

Publié le 23/05/2022 à 01:00

L'émotion et la joie sont encore palpables dans les rues de Marseille, après la soirée magique de samedi soir. En plus d'offrir une nouvelle fois le spectacle d'un Vélodrome en fusion, cette victoire de l'OM face à Strasbourg (4-0) propulse surtout les Olympiens en phase de poules de la Champions League, et ça, ça n'a pas de prix. Ou plutôt si, car les retombées financières n'auront plus rien à voir avec celles offertes par les petites soeurs de la C3 et la C4 qui, si elles fournissent de belles émotions, restent très peu rémunératrices pour un OM qui a, justement, un immense besoin de se refaire la cerise sur ce plan. Une opération réussie pour Sampaoli et ses joueurs, mais aussi pour un Pablo Longoria qui va pouvoir continuer sa marche en avant en matière de recrutement. Car un OM en C1, c'est déjà une soixantaine de millions garantie, sans parler des autres retombées de cette compétition en perpétuelle croissance. C'est ce qu'explique au Phocéen l'économiste du sport Vincent Chaudel, de l'Observatoire du Sport-Business :

Verra-t-on une évolution du "prize money" en C1 la saison prochaine ?

Vincent Chaudel : "Ce qui a évolué, c'est la part de solidarité due au Covid qui est moins importante, mais les gains seront à peu près les mêmes pour la saison actuelle et la prochaine. En revanche, il y aura une vraie évolution en 2024 avec le nouveau format de la Champions League et les nouveaux contrats de droits TV qui y seront associés".

En tout cas, les gains de la C1 restent à des années-lumière de la C3 et la C4 ?

VC : "C'est clair. Même si l'Europa League reste une belle compétition sur le plan sportif, l'OM a eu une très bonne idée de se qualifier directement pour la C1, car c'est le jour et la nuit en terme de gains, il n'y a pas de commune mesure. Quand on fait un parcours comme celui de Lille cette saison (8e de finale), par exemple, on génère plus de 65 M€ de revenus, alors que gagner l'Europa League rapporte trois fois moins. La différence est énorme, même avec une simple participation à la phase de poules qui est très rémunératrice pour un club à gros impact médiatique comme l'OM".

L'important, c'est donc d'y aller, et surtout d'y retourner ?

VC : "Pour un club comme l'OM, il est très important d'être régulièrement en C1, car il y a une aussi une redistribution liée à la présence régulière dans la compétition. Rien que cela peut garantir 10, 20 ou 30 M€ selon les clubs. C'est d'ailleurs un problème pour Lyon qui loupe encore le coche la saison prochaine, et qui va en souffrir financièrement. Il y a une addiction sportive et économique aux compétitions européennes. Avec une crédibilité sportive qui peut se ressentir même au niveau de l'arbitrage, et économique qui fait que plus on y est, plus on a les moyens de se renforcer et d'y retourner".

C'est aussi très important pour l'OM en terme d'image et d'impact ?

VC : "Oui, on l'a même vu cette année avec l'épopée en Conference League. Même si c'était la plus petite des compétitions européennes, faire un bon parcours a eu cette capacité à fédérer autour du club et donner une énergie positive. L'Europe permet d'entretenir la notoriété du club, voire de l'agrandir en dehors des frontières. Si, aujourd'hui, Marseille a un retard de notoriété internationale par rapport au PSG, il reste le club français qui a le plus gros potentiel de progression. Cette différence s'explique quand on voit le casting de joueurs du PSG et sa présence chaque année en C1, mais le potentiel de l'OM est énorme, et pour le nourrir et le développer, ça passe par la Champions League. Pour développer la notoriété d'un club, il faut à la fois des joueurs à forte notoriété et des parcours européens. Et ce sont ces derniers qui entraineront la possibilité de les recruter. Contrairement à Lyon qui peine à sortir d'une notoriété locale et régionale, l'OM est supporté partout en France et ailleurs. À lui d'élargir sa communauté, et une présence régulière en C1 est le meilleur moyen d'y parvenir".