OM 4-0 Strasbourg : la soirée de folie !!!

Retour sur le final de feu de l'OM en Ligue 1.

Publié le 22/05/2022 à 01:15

C'est une soirée mémorable, qui restera dans l'histoire, qui mettra les frissons au moment d'y repenser dans quinze, vingt ans. Comme le OM-Strasbourg, déjà, de 2008, qui envoyait l'OM en Ligue des champions, via un tour préliminaire, alors qu'une victoire de Nancy aurait forcé Lorik Cana et ses coéquipiers à se contenter de Coupe UEFA. Cette fois-ci, l'OM termine à la deuxième place et l'on pourrait y voir une forme de logique puisque le club phocéen a occupé cette place 20 fois cette saison en Ligue 1. Mais en vrai, c'était beaucoup plus compliqué que ça. Au départ, l'OM est 3e après avoir perdu à Rennes à la 37e journée. A la demi-heure de jeu, Lens ouvre le score contre Monaco, Gerson troue Sels dans les minutes qui suivent. A 60 minutes du terme de l'exercice 2021-2022, l'OM a trois points d'avance sur le troisième de Ligue 1. Mais Monaco égalise par Badiashile, avant que Ben Yedder leur donne l'avantage en seconde période. A la fin du temps réglementaire, l'OM est à 3-0, et même à 4-0 à la 92e. Plus qu'un but et le club phocéen passe devant au goal-average. Le stade pousse comme jamais, il y a une action litigieuse, les joueurs de l'OM se ruent sur l'arbitre, mais pas besoin de chercher les polémiques, Lens a égalisé. L'OM repasse à la deuxième place. Pas le temps pour la VAR de statuer le terrain est envahi par tout l'effectif de l'OM, trop heureux.

Avec Jorge Sampaoli, l'OM espérait connaître des émotions. Rien que sur ce match, le contrat est donc rempli. Quel final. Cela valait toutes les frustrations des dernières semaines, de Lyon à Rennes en passant par Feyenoord. Car oui, il y a un mois, face à la possibilité d'une deuxième place, on aurait tous signé pour cela. Une qualification directe pour la Ligue des champions, cela a un prix, estimé année après année avec les droits TV. Mais là ça n'a pas de prix pour ce projet, avec les certitudes que cela apporte, et l'engouement que cette ambiance peut créer dans la tête de l'actionnaire, Frank McCourt, qui était au stade, et aux anges. Jorge Sampaoli peut avoir le sourire, avec cette deuxième place, cette demi-finale de coupe d'Europe prend un autre relief, appréciable, une cerise sur le gâteau plus qu'une source de regrets. Quel kiff...