Vente OM : quel est le projet pour l'OM de Boudjellal ?

Décryptage et révélation sur les intentions de Mourad Boudjellal, candidat au rachat de l'OM.

Publié le 27/06/2020 à 02:00

Ce sont des moments d'embrasement que seul Marseille peut créer. Ce vendredi matin, une information a fait le tour de la ville à la vitesse de la lumière : Mourad Boudjellal veut devenir le nouveau président de l'OM. Et il ne suffit que de quelques heures à la rumeur pour prendre une toute autre dimension : car alors qu'RMC, la station de radio où il officiait, évoque le sujet, l'ancien président du RCT décroche son combiné pour aller "droit au but", dans son style bien à lui : oui, il veut reprendre le club, oui, il a les fonds nécessaires puisqu'il s'appuie sur le Moyen-Orient. Sur des personnes qui travaillent dans le pétrole, l'eau et l'énergie. Boudjellal a même évoqué le sujet avec Emmanuel Macron, pour lui révéler l'identité des investisseurs. Carrément. Dès lors, il n'est plus question de rumeurs, de fantasmes, d'interprétations, ou de nombres de vues de vidéos explicatives sur youtube. Le principal intéressé s'est exprimé clairement, et à plusieurs reprises. Ce ne sont pas des propos ou des intentions qu'on lui prête sous le manteau. Boudjellal se mouille sérieusement, et Boudjellal, ce n'est pas n'importe qui. Jack Kachkar, Pablo Dana plus récemment, ont existé médiatiquement en France à travers la vente de l'OM. Ils n'avaient rien à perdre. Ce n'est pas le cas de celui qui a fait fortune dans les bandes dessinées. C'est un personnage public et il sait pertinemment qu'on ne joue pas avec la passion des supporters du plus grand club de France. S'il venait à faire une "Kachkar", on lui en parlera à chaque passage sur les plateaux télé, à chaque rencontre avec le public, pendant des années. Il le sait. Cela ne veut pas dire que Frank McCourt va accepter l'offre et Jacques-Henri Eyraud lui remettre les clés de son bureau. Mais, s'il s'est autant exprimé, c'est qu'il arrive avec une offre et un projet sérieux. Ce projet d'ailleurs, que peut-on en dire ?

Un homme d'affaires franco-tunisien, Mohamed Ayachi Ajroudi serait derrière cette proposition de rachat de l'OM, en compagnie de l'Arabie Saoudite. Cela est forcément réducteur pour la culture de ce Pays, et on s'en excuse d'avance. Mais autant le dire franchement, c'est ce qu'on appelle des "mots clés", une formule magique pour les supporters phocéens, alimentée par des annonces plus extravagantes les unes que les autres faîtes ces dernières semaines sur un rachat d'un Etat rival du Qatar pour contrecarrer les plans du PSG à coups de millions. Poutant, si la somme de 700 millions a été évoquée dans plusieurs médias, il s'agit d'une enveloppe globale, pas uniquement pour le mercato à venir, mais pour l'achat du club et de tous ses actifs, mais aussi de ses dettes, de ce que peut en demander McCourt... Boudjellal, lui, n'a précisé qu'une chose : "la base du projet est de redonner une identité méditerranéenne à l'OM". En fait, selon nos informations, si Mourad Boudjellal est parti chercher les fonds au Moyen-Orient, il compte s'appuyer sur une équipe marseillaise pour compléter son premier cercle afin être sûr de bien saisir toutes les spécificités de la cité phocéenne. L'un de ses membres a accepté de nous en dire plus : "Il ne faut pas s'attendre à un projet où l'on jette l'argent par les fenêtres comme à Paris. Il ne faut pas jouer avec l'attente des gens. Dybala ne va pas signer cet été, mettre 40 millions sur Javier Pastore en se disant que ça va envoyer un message, c'est non". Le modèle, ce n'est pas Paris, c'est plutôt Lyon, même si personne ne voudra vraiment l'avouer, surtout pas Mourad Boudjellal. Alors qu'il n'était pas dans le même sport, il a toujours pris un malin plaisir à lancer des piques à JMA. Il est prêt à l'affronter désormais. Et à faire comme lui de la formation un axe central de son projet. On pourrait se dire que c'est aussi le cas de McCourt et JHE, qui ont rapidement mis en place le projet NextGen. Mais la méthode risque d'être différente désormais si l'offre est acceptée. Encore selon nos informations, Boudjellal aurait ciblé le club d'Air Bel et sa formation reconnue au niveau international pour devenir un partenaire privilégié. Autre piste pour celui qui a pris Toulon en ProD2 pour l'amener sur le toit de l'Europe, des partenariats avec les clubs africains, mais aussi un recrutement tourné vers des joueurs de ces nations, étant persuadé qu'ils ont la mentalité pour exploser à l'OM. L'idée, ça serait par exemple de ne pas laisser le milieu Youcef Belaïli, champion d'Afrique avec l'Algérie, aller monnayer ses talents à Al-Ahli après une grosse saison à l'Espérance Tunis. 

De quoi y voir plus clair dans ce fameux projet. Le plan d'une piscine de pièces d'or à la Picsou où on demande aux plus grosses stars du foot européen de venir plonger semble très loin. Ce n'est pas pour autant que ça manque d'ambition. Juste, il ne faut pas se tromper au départ et n'entendre que ce que l'on n'a envie d'entendre. Ou même de croire. Parlez-en aux supporters rennais, qui avaient sûrement imaginé autre chose avec la fortune de la famille Pinault. Ce n'est pas une question de puissance (financière) mais plutôt de maîtrise, pour reprendre les termes de la mythique publicité Pirelli dans les années 90. Reste à savoir si ça vaut le coup de passer par les stands pour changer le train de pneus. Nul doute que chacun a son avis sur la question.

Romain Canuti