Une dernière chance à l'OM pour Radonjic ?

Buteur avec la Serbie, l'ailier serbe de l'OM va-t-il enfin répondre aux attentes ?

Publié le 17/11/2019 à 01:00

S'il y a une chose que l'on ne peut pas reprocher à Nemanja Radonjic, c'est sa régularité, digne d'un métronome. En effet, en 30 matches avec l'OM depuis son arrivée en août 2018, l'ailier serbe n'a pas inscrit un seul but en dépit d'un temps de jeu assez conséquent, même s'il passe beaucoup de temps sur le banc. Son seul "fait d'armes" est une pauvre passe décisive il y a plus d'un an en Europa League lors d'un piteux nul (2-2) face à l'Apollon Limassol. Une statistique assez désolante pour un attaquant, qui plus est acheté 12 millions d'euros à l'Étoile Rouge de Belgrade avec l'étiquette de grand espoir de son pays. La Serbie, justement, continue tout de même de croire un peu à son ailier. La preuve avec cette nouvelle convocation en sélection pour les qualifs de l'Euro 2020, avec qui Radonjic a inscrit son deuxième but en 15 capes cette semaine, offrant ainsi la victoire à son pays face au Luxembourg (3-2). Un but qui maintient l'espoir d'une qualification pour les Serbes, et peut-être l'espoir d'un déclic pour nous, supporters de l'OM.

Ce déclic, tout Marseille se lasse de l'attendre pour celui qui ressemble de plus en plus à un flop de recrutement. Alléchés par les vidéos de ses accélérations et de ses buts en barrages de Champions League avec l'Étoile Rouge sur Youtube, il faut dire que nous sommes tous tombés dans le panneau. Une étiquette de crack d'un football parmi les plus appréciés en Europe, ajoutée à celle de joueur parmi les plus rapides de sa génération, ça ne se refuse pas. Pourtant, Radonjic déçoit, désole même par l'incohérence de ses choix et l'inconstance de ses prestations. Villas-Boas le premier, qui le mettait en garde il y a un peu moins d'un mois avec toute la diplomatie qu'on lui connait : "Le club attend plus de lui. Il a toujours cette irrégularité dans ses performances. On cherche pour trouver la meilleure solution. Quand il est au max, il peut donner quelque chose d’extra. On va continuer à travailler avec lui", l'art de dire à mots couverts que sa patience a des limites. Toujours à mots couverts, de nombreuses sources au club expliquent son échec par son incapacité à se fondre totalement dans sa vie marseillaise, lui qui bute encore sur l'apprentissage du français et se confine dans un entourage de compatriotes. Un peu le copié-collé du grand espoir russe Dmitri Sytchev, arrivé en 2003 à l'OM avec l'étiquette du "Michael Owen russe" et qui ne brillera jamais en dehors de son pays.

Sous contrat avec l'OM jusqu'en 2023, Nemanja va donc devoir monter d'un ton s'il ne veut pas passer dans la colonne des pertes et profits, et c'est peut-être ce qu'il est en train de faire. En effet, ce but avec la Serbie n'est pas neutre. Il donne non seulement la victoire à son pays, mais il offre aussi un échantillon d'une palette que l'on pensait finalement fantasmée. Placé sur son meilleur côté, le gauche, on l'a vu repiquer au centre et reprendre de 20 mètres sans contrôle un ballon repoussé du pied gauche dans le petit filet. Un vrai caviar qui nous pousse à remettre une pièce dans la machine ? Peut-être. Le poste d'ailier a rarement été aussi ouvert avec la blessure de Thauvin, mais la solution Radonjic est loin de s'imposer naturellement, comme cela a été débattu lors d'un récent Talk-Show (voir en vidéo). Il parait cependant inconcevable qu'un joueur payé aussi cher ne soit pas en mesure de s'en emparer dans ces conditions. À Villas-Boas de relever le pari, et à Radonjic de sortir enfin de sa coquille.