Villas-Boas, coaching perdant

Le coach olympien a voulu rafraichir son onze de départ face à Porto. Pas franchement une bonne idée.

Publié le 26/11/2020 à 12:00

Il restait un très mince espoir, et en bons supporters que nous sommes, nous nous y sommes accrochés. Mais, de vous à nous, l'idée même de voir cette équipe de l'OM se hisser au niveau du FC Porto n'a fait que nous effleurer, surtout lorsque l'on a vu les défaites précédentes dans ce groupe C de la Champions League. Pour cela, l'OM aurait eu besoin d'un coup de baguette magique, d'un magicien, et avec toute l'affection et le respect que l'on a pour André Villas-Boas, le Portugais n'a rien transcendé du tout. On peut même dire qu'il s'est mis au niveau de ses joueurs : très moyen. C'est d'ailleurs ce que l'on peut lui reprocher aujourd'hui. Se dire que sa composition d'équipe ne mérite pas la moyenne, et qu'elle en a surpris plus d'un hier aux alentours de 20 heures. Il ne s'agit pas d'affirmer qu'AVB est responsable de ce nouveau fiasco, mais plutôt qu'il n'a pas fait grand-chose pour l'éviter.

"Dans son esprit, AVB sait qu'il n'a de toute façon pas la qualité pour battre Porto, donc il a donné quelques kilomètres à des joueurs comme Luis Henrique en vue des matches à venir"

En effet, face à une équipe comme Porto, taillée génétiquement pour l'Europe et qui le prouve encore cette saison, titulariser un Luis Henrique - 18 ans et quelques minutes en Ligue 1 - laisse songeur. Même chose pour un Leo Balerdi qui, en dépit de ses qualités avérées, ne s'imposait pas face à un Duje Caleta-Car ô combien plus expérimenté à ce niveau-là. Enfin, persister à aligner le milieu de terrain de la saison dernière au détriment d'éléments qui poussent à la porte comme Cuisance ou Gueye laisse un peu songeur aussi, compte tenu de l'état de forme du trio titulaire. Tout cela pour dire que le manque d'inspiration du coach sur ce coup peut nous interroger, même si certains n'ont pas franchement été surpris. C'est le cas du technicien marseillais Bernard Rodriguez. Pour lui, l'esprit d'AVB est déjà loin de l'Europe, d'où ses "essais" pour un tel match : "J'ai senti lors de sa conférence de presse d'après match que le coach était assez résigné, voire défaitiste. C'est pour ça que je suis persuadé qu'il s'est servi de ce match comme d'un laboratoire, en donnant du temps de jeu à des joueurs qu'il avait envie de voir. Dans son esprit, il sait qu'il n'a de toute façon pas la qualité pour battre Porto, donc il a donné quelques kilomètres à des joueurs comme Luis Henrique en vue des matches de championnat à venir. Je ne le dédouane pas, parce qu'un coach doit tout faire pour gagner, mais il ne faut pas être un génie pour voir que son équipe n'a pas le niveau, et il est le premier à le savoir".

L'OM se retrouve réduit à tenter des paris hasardeux sur une compo lors d'une quatrième journée de phase de poules de Champions League

Pas faux, et ses précédentes déclarations sur un éventuel repêchage en Europa League laissaient entrevoir la résignation d'André Villas-Boas sur le niveau européen de son équipe. C'est ce qu'il a encore laissé entendre après le match : "On a payé trop cher le prix d'être là pour le rêve qu'on a eu. Les autres sont meilleurs, on n'a pas été encore au niveau, c'est dur". Dur, mais très énervant tout de même, car on ne voit pas trop l'utilité de lutter toute une saison pour se qualifier pour une compétition dont on sait qu'elle est trop relevée pour nous. Une Champions League se prépare six mois avant, avec des recrutements ciblés pour y figurer honorablement. Cela n'a pas été le cas et ce n'est pas faute de l'avoir répété durant toute cette longue période de mercato. Du coup, l'OM se retrouve réduit à tenter des paris hasardeux sur une compo lors d'une quatrième journée de phase de poules. On n'avait pas imaginé le truc comme ça, vraiment pas. Ne serait-ce que pour nous éviter ce p... de record que l'on n'a pas fini de trainer. Zéro pointé, et mérité.