Perrin : le patient marseillais

Le minot du centre de formation a connu son baptême de la Ligue 1 mardi dernier à Dijon. Une première réussie après une longue attente.

Publié le 27/09/2019 à 01:00

Meilleur joueur de champ pour Le Phocéen, même chose pour La Provence et pour L'Équipe. Rien que ça ! Surprise de la compo de Villas-Boas mardi à Dijon (0-0), Lucas Perrin (20 ans) s'est vu propulsé chez les grands sans préliminaires, et la galère que l'on pouvait craindre n'a pas eu lieu. Mieux : le gamin a tenu la baraque de la première à la dernière minute, et si l'OM n'a pas sombré lors de sa deuxième mi-temps affligeante, c'est en grande partie grâce à Mandanda, mais aussi à lui. Pourtant, peu auraient parié sur sa titularisation à une heure du coup d'envoi. Même si André Villas-Boas avait clairement évoqué l'éventualité la veille en conférence de presse, on voyait plutôt un Sakai se recentrer aux côtés de Caleta-Car, laissant le couloir droit à Sarr. Mais, on commence à se dire qu'il va falloir croire AVB sur parole, car le Portugais n'a pas hésité à lancer son rookie (0 minute en Ligue 1) au stade Gaston-Gérard. "On était tous persuadés que Sakai jouerait dans l'axe, reconnait le vice-président du centre de formation Robert Nazarétian, mais Villas-Boas fait ce qu'il dit. Il a sa philosophie et il s'y tient".

"Il a montré beaucoup d'autorité et de rugosité sur l'adversaire. C'est ce qui me fait dire que ce n'est pas qu'un feu de paille"

Un Robert Nazarétian qui a vu mûrir tranquillement son Lucas dans les murs du centre olympien, et qui n'est absolument pas surpris par sa démonstration dijonnaise : "Il est chez nous depuis des années, et j'ai bien senti qu'il avait franchi un cap depuis un peu plus d'un an. Je lui ai dit, à l'époque, qu'il était prêt pour le grand saut. Avant cela, il était bon, mais il stagnait, il lui manquait quelque chose pour aller chez les pros. Par exemple, Bouba (Kamara) était en avance sur lui. Là, il arrive à maturité et c'est exactement le défenseur comme on aime. Un jeu simple, rude, bon de la tête, travailleur... à l'image de son match à Dijon". Une belle performance qui aurait même pu toucher à l'exploit, à un faux rebond près, sur son énorme occase face au gardien dijonnais. "On s'est appelé le lendemain matin, raconte Nazarétian, il s'en voulait. Il voulait reprendre avec le plat du pied, mais le ballon a rebondi juste avant la frappe". Un détail, car on a surtout pu apprécier son travail défensif impeccable. "C'est une superbe surprise, confirme l'ancien défenseur olympien Fabien Laurenti. J'ai vu un garçon très à l'aise, qui ne s'est pas laissé déborder par la pression, qu'il avait sûrement. J'ai aimé sa présence dans les duels, que ce soit au sol ou en l'air. Il a montré beaucoup d'autorité et de rugosité sur l'adversaire, comme un joueur de Ligue 1 confirmé. C'est ce qui me fait dire que ce n'est pas qu'un feu de paille".

"Là, il fait un très bon match, c'est super, mais que va-t-il se passer pour lui quand Kamara et Alvaro vont revenir ?"

C'est un peu le problème avec ces belles surprises d'un jour, mais qui ne font généralement pas de vieux os à l'OM. Pour un Lopez ou un Kamara, combien de jeunes ont fini par vraiment s'installer dans la rotation ? Aucun... c'est pour cela qu'il ne faut pas s'enflammer avec un Lucas Perrin qui, jusqu'à mardi dernier, ne sortait pas vraiment du lot. "Il faut faire attention, prévient l'ancien directeur du centre Jean-Luc Cassini, parce que Lucas végétait encore il y a peu. Je pense qu'il aurait dû partir en prêt il y a un an ou un an et demi en National ou en Ligue 2. Là, il fait un très bon match, c'est super, mais que va-t-il se passer pour lui quand Kamara et Alvaro vont revenir ?". Pas faux, d'autant que l'éventualité d'un prêt avait été évoquée cet été. Seulement évoquée, car Villas-Boas voit les choses différemment. "Le coach a été clair, explique Robert Nazarétian. Quand il l'a vu jouer, il a dit à Lucas qu'il serait son quatrième défenseur central, et c'est exactement ce qu'il s'est passé". Sous contrat à Marseille jusqu'en juin 2021, Lucas Perrin sait désormais ce que l'OM attend de lui, et sa réponse a été à la hauteur. Bien joué minot !