OM : qui a le meilleur pourcentage de victoires de l'effectif ?

Analyse statistique du début de saison 2021-2022 de l'OM.

Publié le 12/10/2021 à 01:00

Puisque la rencontre à Nice est à rejouer, l'OM a passé le cap cette saison des 10 matchs, avec un bilan "en 4-4-2" (4 victoires, 4 nuls et 2 défaites). Tout a été dit sur le turn-over qui empêche de dégager une vraie hiérarchie à certains postes notamment. Mais est-ce que finalement, pour mieux définir cette hiérarchie, il ne faudrait pas s'appuyer sur ceux qui gagnent ? Après vous avoir habitués à des statistiques sur le temps de jeu, pour savoir qui dans l'effectif de l'OM a fait une saison pleine, tous les six mois, Le Phocéen vous propose désormais un nouvel outil pour classer l'effectif marseillais : le taux de victoires. Est-ce que le mythe Boubacar Kamara, que semble figurer dans chaque équipe victorieuse à l'entraînement, se vérifie en match ? Avant la lecture des résultats, petite précision méthodologique. Ne sont pris en compte que ceux qui ont réellement influé sur le résultat de la partie. Donc les titulaires la grande majorité du temps. A noter également que la victoire à Montpellier n'est pas comptabilisée pour Gerson (qui a été remplacé alors que l'OM perdait 2-0), que Guendouzi, Bamba Dieng et Gerson sont considérés comme victorieux sur le match à Moscou (puisqu'ils sont sortis alors que la victoire était en poche) et qu'Amine Harit, même s'il est entré alors que l'OM gagnait déjà contre Rennes, a cette victoire dans son décompte puisqu'il en a une part active avec son second but. A ce petit jeu, le premier est donc... Konrad De la Fuente.


Pourcentage de victoires des joueurs de l'OM cette saison

211011_talbea_presence.jpg (148 KB)

Quelles conclusions en tirer ? Konrad De la Fuente incarne après tout le début de saison pétaradant de l'OM et il a plus ou moins disparu des radars ces dernières semaines, alors que les hommes de Jorge Sampaoli tirent la langue avec une série de quatre matchs sans victoires. Mais est-ce que justement, des titularisations de l'Américain n'aurait pas permis d'augmenter le nombre de succès ? Et si il y était pour quelque chose dans les victoires contre Montpellier, Saint-Etienne et Monaco ? Parmi les joueurs les plus utilisés de l'effectif, Mattéo Guendouzi est celui qui a le taux le plus élevé. Parce qu'il est sorti trop tôt à Moscou. Mais il sera toujours possible d'objecter qu'il était aussi de son devoir, comme celui de ses coéquipiers, de se mettre à l'abri en amont dans cette rencontre... On peut toujours faire dire ce que l'on veut à des statistiques, c'est bien connu. Néanmoins, même si la moyenne est à 40% (puisque l'OM a gagné 4 rencontres sur 10), le faible score de Gerson devrait l'amener à aborder les prochaines rencontres avec plus d'humilité, que ce soit au moment où son coach décide de faire du coaching ou quand ses partenaires lui demandent des comptes sur son pressing. Car la finalité, cela reste la victoire pour tout footballeur, tout compétiteur. Si ce n'est qu'à titre indicatif, l'équipe-type de ceux qui gagnent le plus pourrait s'articuler de la sorte : Mandanda - Saliba, Balerdi, L.Peres - Lirola (ou P.Gueye), B.Kamara, Guendouzi - Under, Payet, De la Fuente - Bamba Dieng. Pas très loin d'être l'équipe-type tout court en attendant le retour de Milik à 100% ? La réalisation de ces statistiques amène en tout cas un autre enseignement : à l'exception de Montpellier, avec Dario Benedetto, indirectement (et parti en Liga depuis) et Rennes, comme vu précédemment avec Amine Harit, les entrants cette saison n'ont pas changé les rencontres phocéennes, loin de là. C'était pourtant plus le cas la saison dernière avec Jorge Sampaoli... la faute du coach ou des joueurs ?