OM 0-3 City : la fierté en a pris un coup !

Retour sur la gifle reçue par Marseille contre Manchester City (0-3) en Ligue des champions.

Publié le 28/10/2020 à 02:00

C'est la dure réalité de la Ligue des champions et ça ne pardonne pas. Contre Manchester City et son armada de stars, l'OM a donc encaissé un score sec à domicile 3-0. Cette défaite semble faire encore plus mal que certaines roustes administrées par d'autres écuries européennes dans ce même stade, comme Liverpool en 2007 (0-4). C'est que l'équipe phocéenne n'a rien tenté ou presque : 2 tirs, dont un seul vraiment dangereux, 37% de possession et surtout une position moyenne de l'intégralité de l'équipe dans son camp. Les stats sont unanimes l'OM n'a même pas su tenir son rang de sparring partner pour une équipe de Guardiola qui donne le sentiment d'être venue s'aérer l'esprit avant une nouvelle bataille ce week-end en Premier League.


à lire sur le même sujet : Pep Guardiola comprend les choix tactiques de d'André Villas-Boas


Pourtant, Marseille avait un plan. Comme un peu toutes les équipes qui jouent City en fait, l'OM a évolué à cinq derrière pour prendre au maximum la largeur, avant d'essayer de lancer Thauvin et Radonjic en profondeur. Le plan était bon pour la poubelle après le quart d'heure de jeu, la faute à une passe en retrait mal assurée de Rongier pour Caleta-Car que De Bruyne a instantanément transformé en passe décisive. Alors l'OM a essayé de réagir mais cela est resté très timide. "La dernière fois où j'ai tenté quelque chose de différent contre une équipe de ce niveau-là, on a pris 4-0 et vous m'avez massacré" a souligné André Villas-Boas en conférence de presse d'après-match (vous pouvez retrouver la séquence en vidéo). Son argument s'entend. Il y a un an, l'OM était presque monté la fleur au fusil au Parc, essayant de presser haut. Il y avait eu 4-0 à la mi-temps. Alors cette année, AVB a proposé dans le stade de la capitale une formation sans avant-centre, misant sur un coup de pied arrêté, et est reparti avec les trois points. Qui pour préférer l'option plus ambitieuse dans le jeu ? Qui pour bouder son plaisir début septembre sur l'autel des intentions de jeu ? Effectivement, vu la qualité de cette équipe de City, il y a de quoi penser que, peu importe la manière, l'OM n'aurait pas tenu la distance. Monaco et Lyon ont créé l'exploit ? L'ASM en 2017 pouvait compter sur Fabinho, Bernardo Silva, Lemar, Falcao et MBappé, Lyon en 2019 sur Aouar, Fékir, Depay et NDombélé.

Plus que comme Lyon contre City, cela aurait été bien de jouer comme l'OM... contre Lyon

Il ne faut pas tout mélanger. Ne pas oublier que l'OM était chapeau 4 au moment du tirage. L'OM n'avait pas d'impératif de points sur cette rencontre, et vu le niveau de City, cette défaite était donc prévisible. C'est vrai, difficile d'en vouloir à Villas-Boas sur sa compo, sur son choix de départ. Les deux joueurs les plus contestés ces derniers jours, Payet et Benedetto, étaient sur le banc, et tout le monde avait envie de croire à l'opportunité "à la Maxwell Cornet" pour Nemanja Radonjic. OK, mais il reste tout de même un goût amer dans la bouche, car c'était aussi une question de fierté. Avec des joueurs de la qualité de Rodri, Gundogan ou Foden, cela n'aurait peut-être pas servi à grand-chose, mais cela aurait peut-être été plus judicieux d'attaquer ce match la bave aux lèvres, un peu comme quand l'OM a reçu Lyon la saison dernière au Vélodrome. Sans public, cela devait être plus dur. Mais c'est aussi le rôle d'un entraîneur que de motiver ses troupes, de les galvaniser. Ce supplément d'âme, c'est tout ce que demandait le supporter pour être fier de son équipe, peu importe le résultat, conscient que ça n'aurait sûrement pas suffi face à cette équipe de City. Et encore que, ce n'est pas comme si elle s'était baladée de la sorte dans tous ses matchs depuis le début de la saison...