Monaco-OM est-il le plus beau match de Sampaoli ?

L'entraîneur argentin Jorge Sampaoli a-t-il réalisé son plus gros coup à l'OM avec cette victoire 0-2 à Monaco ? A la fin de l'article, donnez votre avis.

Publié le 13/09/2021 à 14:30

C'est ce qu'on appelle un coup de maître. L'OM s'est imposé à Monaco, et il n'y a qu'à écouter l'hommage de Niko Kovac à l'OM de Sampaoli pour se dire que l'Argentin a marqué les esprits. C'est que, dès l'impression du calendrier, ce déplacement à Monaco apparaissait comme le très gros test pour cette formation qui ambitionne de finir dans les trois premiers. Ce n'est pas faire injure à Montpellier, Bordeaux, Saint-Etienne et Nice, les équipes que l'OM a jouées jusque-là, mais pour monter sur le podium à la fin de la saison, il faut être en capacité de déloger une des formations qui y trône. Avec son effectif, Monaco semblait favori pour terminer derrière le PSG en Ligue 1 cette saison. De plus, l'OM devait faire sans Milik et sans Payet sur ce match, avec un Gerson et un De la Fuente qui rentraient tard de sélection alors que seul Maripan avait ce problème dans l'effectif de l'ASM... et au final, il y a une nette victoire, qui pétille en bouche grâce à la manière. 

On a déjà bien vibré avec les deux matchs à Montpellier

Alors, Jorge Sampaoli ne s'est pas révélé sur ce match. Comme la rencontre à Nice est à rejouer, ce match en Principauté était son quinzième à la tête du club phocéen. Son bilan est plus que positif (avec 9 victoires, 4 nuls et 2 défaites, il tourne à plus de 2 points par match) allant même chercher celui de Marcelo Bielsa (10 victoires, 1 nul et 4 défaites pour "El Loco" sur ses 15 premiers matchs à l'OM). Et il y a déjà des matchs qui restent dans les mémoires. Les deux déplacements à Montpellier par exemple. L'an dernier, les Marseillais font un super match à la Mosson, et ne doivent le partage des points qu'à des buts encaissés aux pires moments d'une rencontre de football (dès la première minute, au retour des vestiaires et dans le temps additionnel). Cette saison, c'était encore plus beau. Le match était à l'extérieur mais tous les joueurs du MHSC étaient acculés dans leurs vingt mètres face au jeu marseillais. Ils marqueront deux buts sur leurs deux seules tentatives en première ? Pas grave, l'OM remontera à 3-2 avec notamment un Dimitri Payet en feu. Pas plus loin qu'il y a quinze jours, la victoire contre Saint-Etienne avait été splendide, de par sa maîtrise, la qualité des buts inscrits, et le bonheur que cela a procuré à un Vélodrome à nouveau plein. 

Soit disant, il fallait être plus pragmatique... 

Mais cette victoire à Monaco, c'est encore plus fort. Rappelez-vous les avis avant le match qui expliquaient que Sampaoli devait revenir à une organisation plus pragmatique s'il voulait avoir une chance de ne pas se prendre une vague face à Volland, Ben Yedder, Gelson Martins et Sofiane Diop. "El Pelado" est resté fidèle à lui-même. Tout en faisant des choix qui ont fait mal à l'adversaire. Du football champagne mais pas dénué de pragmatisme. Dans les cages, Pau Lopez est lancé dans le grand bain. Pour Monaco, comme ça, d'entrée ? A l'arrivée, l'Espagnol n'a pas eu à sortir un match de dingue. En attendant, c'est le premier clean-sheet de l'OM depuis début avril. Pol Lirola a joué milieu défensif droit dans un 3-3-3-1. Pas l'olympien le plus en évidence, il a cependant totalement éteint une des principales armes de l'ASM, Caio Henrique. Si Kamara, Rongier et Guendouzi ont brillé au milieu de terrain, c'est peut-être parce que tous trois ont été mis dans des dispositions optimales. Cheikh Bamba Dieng a, lui, parfaitement assimilé la consigne qui était de mettre le point faible de l'équipe de Kovac, Matsima, à genoux. Enfin, un schéma offensif permet aussi à un créateur de rentrer dans cette équipe avec des chaussons : il faut se pincer pour croire que c'était le premier match d'Amine Harit à l'OM en compétition officielle. Donc oui, c'est ce qu'on appelle une "masterclass" de Sampaoli. Vite, des autres !