Villas-Boas / Heinze : deux écoles très différentes

Publié le 26/05/2019 à 07:00
Villas-Boas / Heinze : deux écoles très différentes

Samedi matin, L'Équipe relançait la course aux rumeurs pour le banc de l'OM en montant d'un cran. Partie d'une simple déclaration d'intérêt de la part de l'intéressé, la piste André Villas-Boas est passée du stade de rumeur à celui de candidat favori d'Andoni Zubizarreta. En effet, le quotidien sportif affirme que le directeur sportif olympien a trouvé avec le Portugais "la perle rare, avec qui il ne reste que des détails à régler". Une nouvelle qui, pour l'instant, ne semble pas ravir les supporters sur les réseaux sociaux. Certains voient en lui un mélange de Michel et de Rudi Garcia, ce qui situe à peu près leur considération pour le technicien de 41 ans. À l'inverse, beaucoup continuent de plébisciter une arrivée de Gabi Heinze, l'ancien Gringo de l'OM champion de France 2010. Alors, entre le favori de Zubi et celui des supporters, qui choisir ?

Pour Fabrice Abriel, Heinze a le profil pour l'OM, mais présente aussi des incertitudes

Commençons d'abord par l'ancien défenseur argentin, qui envisage de quitter Velez Sarsfield et se verrait bien en Europe. À 41 ans (lui aussi), Gabi continue de faire frissonner les supporters olympiens. Ils voient en lui le candidat idéal pour ramener l'OM aux fondamentaux de son ADN : la grinta et la détestation de la défaite. Connaissant le bonhomme, cet aspect-là ne fait guère de doutes, même si nous n'avons pas suivi son oeuvre en tant qu'entraîneur depuis 2015 en Argentine. C'est ce que nous explique son ancien coéquipier à l'OM Fabrice Abriel : "Je ne connais pas sa méthode en tant que coach, mais je connais le joueur et l'homme qu'il est. Au départ, je le voyais plus dans un rôle de directeur sportif au vu de son profil, mais il a dû ressentir le besoin de se rapprocher du terrain. C'est quelqu'un d'extrêmement exigeant avec lui-même et avec les autres, un vrai tempérament, et il en faut à Marseille. Il connait l'exigence des grands clubs et sait qu'il faut avant tout mouiller le maillot, comme ont pu le constater les supporters de l'OM ou du PSG. C'est certainement cet aspect qui fait que les supporters le réclament. J'arrive à voir ce qui pourrait fonctionner avec lui à Marseille. Mais, il y a aussi ce qui pourrait ne pas marcher. Comme tous les Argentins, il demanderait sûrement un staff très élargi, avec des analystes vidéo, des préparateurs athlétiques et un ou deux adjoints d'expérience à ses côtés. Lui, je le vois surtout rayonner, insuffler l'état d'esprit dans les causeries et pendant le match. Après, il faut savoir le travail qu'il a effectué sur lui-même concernant le relationnel, que ce soit à l'intérieur d'un club ou avec la presse. Ça fait partie des incertitudes et ça peut diviser".

Lollichon : "Villas-Boas n'était pas prêt pour Chelsea, mais c'est un type brillant"

Le profil d'André Villas-Boas est radicalement différent. Déjà, le natif de Porto n'a jamais été footballeur professionnel. Fou de coaching, il apprend auprès de Bobby Robson à Porto puis part poursuivre son apprentissage en Angleterre. De retour au Portugal, il devient l'adjoint de José Mourinho à Porto puis le suivra à Chelsea et à l'Inter. Mais, le succès arrive en 2010 lorsqu'il devient le coach de Porto et réalise un incroyable triplé championnat-coupe-Europa League. Placé sur orbite, il part ensuite amasser beaucoup d'argent à Chelsea, Tottenham, Saint-Pétersbourg et enfin Shanghai. Même s'il devient champion de Russie en 2015, les résultats sont moins probants, tout comme sa cote sur le marché. L'OM serait donc pour lui l'occasion de relancer sa carrière en montrant un autre visage que celui du jeune prodige qu'il a été à ses débuts. C'est ce qu'explique au Phocéen son ancien adjoint à Chelsea, le coach français des gardiens Christophe Lollichon : "Il est arrivé à la suite de Carlo Ancelotti en 2011 comme coach principal. Chelsea l'avait acheté 15 M€ à Porto et c'était l'une des premières transactions de ce genre pour un entraîneur. Il était très jeune (33 ans) et il n'était peut-être pas prêt pour un gros club comme Chelsea. Il a voulu tout chambouler et ça a heurté la sensibilité anglaise et surtout les ténors de l'époque comme Terry, Lampard, Cole, Cech ou Drogba. Ce n'était pas très adroit, mais il n'est pas complètement responsable de la mauvaise saison que l'on a faite à l'époque. Au niveau jeu et entraînement, sa méthode était très proche de celle de Mourinho, même s'il souhaite avoir plus de possession. Malheureusement, il a peut-être péché par un manque de préparation physique et c'est là-dessus que la saison se joue, notamment en Champions league. Mais, il a certainement évolué, notamment dans l'analyse des forces en place dans les clubs où il arrive. S'il vient à Marseille, il devra travailler là-dessus, car on connait l'OM et ses exigences. C'est possible, car c'est un type brillant, qui parle plusieurs langues parfaitement, dont le français, d'ailleurs. Il avait la confiance absolue de Mourinho, c'est donc quelqu'un qui a d'énormes qualités. Il apprend très vite, et il pourrait réussir à l'OM s'il parvient à se protéger. Je lui souhaite, en tout cas".

Voilà quelques précisions intéressantes sur les deux noms les plus cités actuellement, même si on sait que d'autres comme Laurent Blanc ou Claude Puel restent dans la course. À vous d'afficher votre préférence.