Thauvin cartonne en Bleu mais semble bloqué à l'OM, pourquoi ?

Pourquoi Florian Thauvin ne reçoit pas d'offres pour ce mercato ?

Publié le 12/06/2019 à 07:00

Pour sa dixième sélection, Florian Thauvin a brillé avec les Bleus. Un but, une passe décisive pour sa troisième titularisation avec l'équipe de France. Une satisfaction pour un joueur qui était aligné aux côtés de Kylian MBappé, Antoine Griezmann et Wissam Ben Yedder dans le quatuor de devant. Trois joueurs qui font l'actualité du mercato en Liga, le premier étant annoncé au Real pour un montant record, le second étant sur le départ de l'Atletico Madrid pour Barcelone et le troisième pouvant quitter Séville pour 40 millions d'euros minimum. Et pour Thauvin, rien ou presque. 

Des stats de champions d'Europe

Cela fait déjà un petit moment que la question se pose. Pourquoi Florian Thauvin n'est pas aussi bankable ? Pourquoi les grands clubs ne se bousculent pas pour recruter un tel élément ? Depuis son retour définitif de Newcastle voici trois saisons, ses statistiques parlent quand même pour lui : 59 buts et 37 passes décisives en 134 matchs. Voilà donc un élément qui joue beaucoup, et qui passe la fameuse barre mercato des 100 matchs. Et niveau feuille de statistiques, c'est quelque chose si l'on joue au jeu bête et méchant des comparaisons. 59 buts en trois saisons à ce poste, c'est le score également de... Sadio Mané, le champion d'Europe, ni plus ni moins. Qui a eu besoin de moins de matchs pour les atteindre (123) mais qui compte moins de passes décisives (22). Autre champion d'Europe, Eden Hazard, qui va partir au Real Madrid à un an de la fin de son contrat pour 100 millions d'euros, compte 55 buts et 37 passes décisives en 146 matchs. Attention, l'idée n'est pas de dire que Thauvin est au niveau de ces joueurs-là. Mais juste de comprendre pourquoi le marché est bouché pour un joueur annoncé moitié moins cher que le meneur belge. 

L'exemple de Ayew et Gignac

A ce sujet, deux arguments sont souvent avancés : le fait que Thauvin ait raté son premier passage en Angleterre, ce qui lui ferme les portes du Royaume. Et que le joueur ne soit pas présent dans les grands matchs. Sauf que Thauvin a marqué contre Paris, Lyon, Monaco, la Lazio, Leipzig, Salzbourg ... et concernant le coup du marché fermé en Angleterre, c'est oublier un peu vite que Kévin De Bruyne et Mohamed Salah se sont plantés à Chelsea avant de revenir en force à Manchester City et à Liverpool. En fait, le problème de Thauvin se situe à un autre niveau, celui de son salaire. Un peu comme André-Pierre Gignac et André Ayew, qui ont trouvé des portes de sortie au Mexique et aux Pays de Galles alors que leurs états de service à l'OM et leur statut de joueurs libres pouvaient les laisser espérer un rebond plus prestigieux en 2015. "C'est pourquoi la gestion de la grille salariale est capitale, peut-être plus que les indemnités de transfert, nous explique un ancien dirigeant de l'OM dans un grand soupir. Si un grand club vient chercher un joueur en Ligue 1, il sait très bien qu'il va lui proposer plus que ce qu'il gagne, c'est le jeu. Mais bien souvent, cela reste un petit salaire à l'échelle de son vestiaire, pour lui permettre de le prolonger comme il faut quand il sera en pleine bourre. Là avec Thauvin, il faut mettre le paquet d'entrée à ce niveau-là car l'OM le paie très bien, comme Gignac et Ayew en leur temps effectivement. Mais il y a d'autres exemples. Au moment de partir, Valbuena espérait le Séville ou Valence, mais vu son salaire à l'OM, il n'y a eu que le Dynamo Moscou pour payer et l'OM, et le joueur". Ironie de l'histoire, c'est en ayant compris ce mécanisme, en voyant à quel point il avait du mal à trouver des portes de sortie à certains que Vincent Labrune était parti sur une politique de jeunes dont... Florian Thauvin. Au moment de le débaucher à Lille dans les derniers jours du mercato, le président d'alors se moquait presque de l'indemnité de transfert du joueur (près de 15 millions d'euros avec bonus alors que Lille l'avait acheté 3,5 millions d'euros à Bastia six mois plus tôt), il était surtout satisfait d'avoir signé un international espoir avec un salaire à cinq chiffres, ce qui lui laissait entrevoir une belle vente dans les années à venir. 

Départ libre en 2021 ?

Une vente qui a eu lieu, à Newcastle, et depuis Thauvin est revenu, acceptant de gagner moins que ce que lui offrait la Lazio Rome, avec la promesse d'une réévaluation lors de son transfert définitif. Ce qui a eu lieu, donc, à l'été 2017. Dans son plan, il était question, l'été dernier ou celui-ci, d'un nouvel envol. Mais vu qu'il a du plomb dans l'aile, le joueur ne s'est pas privé de rappeler récemment qu'il lui restait deux ans de contrat. Même si le club et le joueur seront attentifs à une possibilité de transfert jusqu'à la fin du mois d'août, en fonction des transferts des uns et des autres, l'hypothèse de rester est plus que jamais présente. Comme pour Gignac ou Ayew en leur temps...