Sampaoli charge les supporters de Galatasaray : "C'est une honte"

Jorge Sampaoli a réagi en longueur aux incidents causés par le parcage où se trouvaient les supporters de Galatasaray jeudi soir.

Publié le 01/10/2021 à 15:44

Jorge Sampaoli a pris position ce vendredi suite aux incidents causés par le parcage dévolu aux supporters de Galatasaray jeudi soir avant et pendant le match d'Europa League entre l'OM et Galatasaray.

"On se demande surtout pourquoi des personnes font autant de kilomètres et viennent de Turquie pour venir provoquer ce genre d'incidents, commente le coach de l'OM. On trouve ça plutôt étrange. Est-ce qu'ils préfèrent créer eux-mêmes le spectacle plutôt que de regarder celui qui se passe sur le terrain ? C'est aussi une question qu'on se pose. Pour moi, le plus juste serait qu'il y ait des sanctions exemplaires contre la violence, parce que sinon, ça deviendrait quelque chose de naturel, de normal. Pour moi également, je vous le dis, je pense que le match aurait dû être arrêté hier, on n'aurait pas dû continuer à jouer ce match parce que si on continue ce match avec cette très grande violence, ça montre que cela fait partie de ce jeu. Alors, doit-on s'habituer à ça ? Est-ce qu'on prend des sanctions selon chaque incident ? Ou alors, est-ce qu'on va finalement permettre aux familles de revenir voir des matchs tranquillement dans les stades ? Parce que ce qu'on a vu hier était très violent. On ne parle pas ici de bouteilles d'eau. On parle de bombes agricoles, de provocations, d'insultes. C'est aussi un sujet social, mais pour moi, il faut des mesures très fortes, parce que sinon, on peut se poser la question de savoir ce qui attire le plus. Est-ce que finalement le spectacle des tribunes serait plus important que le jeu qui passerait au second plan ?"

"On ne connaît pas vraiment non plus les intentions des personnes qui viennent faire ça au stade et des personnes qui prennent les décisions. Hier, on m'a demandé si je pensais qu'il y avait penalty ou pas, j'ai dit que ce n'était pas à moi d'en parler. Ici, c'est pareil, je ne suis pas celui qui va prendre les décisions. Mais je tiens quand même à dire que, pour moi, c'est une honte ce qu'il s'est passé hier. C'est très différent du football".

Une déclaration forte de la part du technicien argentin, qui a assisté impuissant à ce qu'il s'est passé hier aux alentours de la 35e minute de jeu, lorsque le jeu a été arrêté par l'arbitre de la rencontre.