Rami : "L'année dernière en défense, c'était l'A8 !"

Adil Rami est revenu sur sa dernière saison à l'OM.

Publié le 25/03/2020 à 21:32
Rami : "L'année dernière en défense, c'était l'A8 !"

Actuellement dans un hôtel à Sotchi, la ville de son nouveau club en Russie, Adil Rami est revenu sur son aventure olympienne à l'occasion... d'un live instagram !

Preuve quelque part qu'il ne garde pas de rancune envers l'OM, ce qu'il a rapidement souligné dans l'échange qui s'est installé : "Le problème avec Marseille, il est unique. Moi j'aime l'OM, mais c'est une personne qui a fait une erreur et c'est le club qui va payer, c'est ça qui est triste. On verra avec le temps. Moi j'ai été propre, j'ai été super sage, je n'ai pas parlé, on verra le jour du procès. Tout sortira. Mais c'est dommage. Pour les connaisseurs et les professionnels, ils savent exactement ce qu'il va se passer". S'il ne le nomme pas, il y a tout à penser qu'il évoque le président du club, Jacques-Henri Eyraud.


à lire sur le même sujet : Adil Rami et l'OM, les détails du divorce


Alors qu'il est très heureux de voir l'OM faire "une bête de saison" et enthousiaste sur son nouveau challenge ("Sotchi, ça va être un peu comme Leipzig. Dans un an ou deux vous allez nous voir en Ligue des champions"), Adil Rami, piqué par une remarque sur la qualité de son remplaçant dans l'effectif, Alvaro Gonzalez, est revenu sur la saison passée : "Le mec pas mal, il est bien, parce que le bloc il est pas mal. Tu mets ce mec-là avec l'année de merde qu'on fait, et avec notre jeu, ce n'est pas la même, c'est beaucoup plus compliqué. A une période, l'autoroute A8 on l'avait, radars, pas radars, il y a tout qui passait. Pourtant le football c'est super facile. Soit tu es en bloc, soit tu ne l'es pas. Soit tu te bats, soit tout le monde défend, soit... A un moment donné, on avait perdu ce délire-là à l'OM, tout le monde voulait briller. Parce qu'à Marseille on veut toujours briller individuellement quand ça perd un peu les pédales. Là t'as un bon coach, qui te fait comprendre des choses. Le plus important c'est le bloc défensif. C'est la base, la base du bâtiment. Après tu peux monter dans les fondations".

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'échange sur le live instagram de Romain Canuti, journaliste du Phocéen.