Pour Courbis, l'OM doit encore recruter plusieurs joueurs

Publié le 18/07/2017 à 07:00

Après un mois et demi de mercato, et les arrivées de Germain, Gustavo et Rami, l'OM 2017-2018 commence à prendre forme. Heureusement, car le troisième tour de qualification pour l'Europa League arrive dans moins de dix jours. Il est donc temps de s'arrêter quelques minutes sur le visage de l'effectif de Rudi Garcia, et surtout de se demander où en est sa construction. Pour cela, Le Phocéen a fait appel à Rolland Courbis, un observateur intarissable dès qu'il s'agit de l'OM, qu'il a entraîné deux saisons et demie entre 1997 et 1999 après y avoir joué dans les années 70. Séduit par les dernières arrivées, il juge toutefois cet effectif un peu trop léger compte tenu des échéances qui l'attendent. Interview :

Rolland, quel est ton regard sur l'équipe de l'OM qui est en train de se dessiner ?

Rolland Courbis : "Au lieu de s'occuper uniquement du profil de l'équipe type, il faut regarder l'ensemble de l'effectif. Car, quand tu joues le samedi, le jeudi puis le dimanche, il te faut utiliser 18 à 19 joueurs pour ces trois matches. Il y a certains postes où se dégagent des solutions, comme les milieux offensifs avec Payet et Thauvin qui ont des remplaçants comme Cabella et Ocampos, voire Bouna Sarr. En revanche, il manque clairement un avant-centre pour que tous les postes soient doublés devant. Ensuite, il y a le milieu, avec Lopez, Sanson et Gustavo. Le petit Kamara peut dépanner, et il y a aussi Zambo-Anguissa qui me plait de plus en plus. Derrière, il y a Bedimo et Evra à gauche qui font l'affaire, même si je les considère un peu en dessous. Dans l'axe, Rami et Rolando, c'est pas trop mal. Les doublures sont Fanni, Kamara et Hubocan. Enfin, à droite, Sakai peut être remplacé par Sarr. L'équipe qui se dégage à l'OM avec 12 ou 13 joueurs est très intéressante, mais il faut prier tous les jours pour ne pas avoir de blessés. Pour partir tranquillement dans une saison comme celle-là, l'OM doit être en mesure de faire une équipe B performante, capable d'inquiéter dans une opposition son équipe A. Je ne dis pas qu'il faut dix joueurs de plus, mais au minimum trois ou quatre de très bon niveau. Pour être à l'aise, Rudi doit disposer d'un groupe de 25 joueurs, dont 18 ou 19 capables d'être des titulaires indiscutables".

Des "titulaires" sur le banc, pas simple à gérer, non ?

R.C. : "Bien sûr, il y a le revers de la médaille. Si tu ne fais pas carrière en coupe d'Europe, ces trois ou quatre joueurs-là vont te mettre le bordel dans ton vestiaire, car au départ, tu as peur de ne pas en avoir assez, et après, tu en as trop ! C'est là que Rudi Garcia va devoir être bon dans la gestion de son effectif. Personnellement, je préparais souvent trois compositions d'équipe à l'avance pour les trois matches à venir. Il y avait trois équipes différentes, avec pratiquement huit joueurs qui faisaient partie du match précédent et trois ou quatre qui changeaient, ce qui maintenait tout le monde concerné. En fait, cette qualification en Europa League est certes une satisfaction, mais elle peut vite se transformer en catastrophe".

L'OM doit quand même faire mieux que la saison passée avec cet effectif ?

R.C. : "Oui, bien sûr, mais à quelle place, je ne sais pas. Pour en revenir à l'ossature, je ne me fais pas de soucis pour les gardiens, le milieu et l'attaque. Avec un duo Gustavo - Sanson au milieu, complété par Lopez et Anguissa, Payet et Thauvin sur les côtés, un grand attaquant et Germain en retrait, ça peut faire très mal. D'autant que tu peux terminer les matches avec Cabella et Ocampos qui peuvent apporter beaucoup. En revanche, les défenseurs centraux et latéraux me paraissent un peu en dessous. C'est une équipe qui, pour l'instant, ne se dessine pas pour jouer le titre. Par contre, s'il n'y avait pas l'Europa League, il y aurait vraiment un coup à jouer. L'OM serait pour moi l'outsider numéro un".