Amoros veut les pleins pouvoirs pour Zubizarreta

Publié le 10/04/2019 à 07:00

En cette triste fin de saison, les objectifs de l'OM pour le podium semblent quasiment évaporés, même s'ils sont encore accessibles grâce au surplace de Lyon. Malheureusement, les Olympiens semblent résignés, et c'est ce qui met en rogne le légendaire défenseur de l'OM et des Bleus Manu Amoros. Ulcéré par le comportement des joueurs, l'ancien meilleur latéral du monde s'interroge aussi sur le management du secteur sportif en général, et il ne se prive pas de le dire au Phocéen. Interview sans concessions, comme toujours avec lui :

Manu, que t'inspire cette triste fin de saison de l'OM ?

Manu Amoros : "Je me dis qu'on aurait pu faire tellement mieux, et que les joueurs pourraient au moins se battre. Je pense à la déclaration de Florian Thauvin, qui a le mérite d'être honnête, mais qui sonne très mal pour moi. Il dit que l'OM n'a rien à faire en Champions League, mais il ne doit pas oublier que c'est l'objectif du club. C'est une compétition incontournable qui permet de faire entrer de l'argent pour ensuite bâtir une belle équipe. Du coup, ça veut dire quoi ? Qu'on laisse tomber la troisième place ? C'est quand même un peu scandaleux, car on doit se battre jusqu'au bout pour les objectifs du club, d'autant que Lyon a perdu aussi. Il faut se bouger le cul et arrêter de penser de manière individuelle".

Au-delà des joueurs, les supporters sont très remontés envers Rudi Garcia. Quelle est ta position là-dessus ?

MA : "C'est compliqué, on l'a vu à Bordeaux avec une composition d'équipe étonnante. Globalement, cela fait trois saisons qu'il est là et l'OM n'est toujours pas sur le podium. C'est la base de ce Champions Project et on n'y est toujours pas, ce n'est pas normal. Après, on peut être pour ou contre lui, mais ce sont les dirigeants qui décideront de son sort. Comme il a été récemment prolongé, ce sera forcément compliqué de s'en séparer".

Tu lui reproches de laisser les cadres sur le banc en ce moment ?

MA : "Non, là-dessus, je n'ai pas de reproches à formuler. Quand il a mis les jeunes en charnière centrale, c'était un bon choix. Même chose au milieu avec Sanson et Lopez, et Balotelli et Germain en pointe. Mais, je regrette qu'il ait changé son schéma à Bordeaux, alors que le 4-4-2 fonctionnait bien".

Les supporters sont également mécontents de la direction du club...

MA : "Oui, je sais. Mon avis est qu'on n'exploite pas assez Andoni Zubizarreta. Il a des connaissances dans le monde entier et on ne s'en sert pas pour recruter. Par exemple, pourquoi n'a-t-on pas pris de joueurs venant de Liga, qu'il connait parfaitement ? J'entends dire que Rudi Garcia a les pleins pouvoirs sur le recrutement, alors pourquoi l'avoir fait venir comme directeur sportif ? C'est quand même dommage que l'OM n'exploite pas le potentiel de quelqu'un comme Zubizarreta. Il aurait pu, par exemple, nous aider à récupérer de jeunes joueurs du Barça qui ne demandent qu'à éclore à l'OM".

Tu touches du doigt un débat ouvert depuis longtemps...

MA : "Bien sûr. J'entends maintenant qu'Arsenal souhaite le faire venir, et je comprends qu'il réfléchisse à cette proposition. On ne lui fait pas confiance sur les joueurs qu'il soumet, donc c'est compliqué pour lui. Si l'OM veut le garder la saison prochaine, il faut lui faire confiance pour le recrutement. Si c'est pour faire ce qu'il fait aujourd'hui, ça ne sert à rien. Il vaut mieux qu'il parte faire son boulot à Arsenal, où il sera plus reconnu qu'à l'OM".

Au-delà d'une très éventuelle qualification en Champions League, quel est ton souhait pour l'OM en cette fin de saison ?

MA : "Ce serait déjà que les joueurs arrêtent de parler, laissent leur égo au vestiaire, se battent sur le terrain et jouent l'objectif jusqu'au bout pour cette putain de Champions League. Ils ont tous du potentiel, mais ils ne l'expriment pas. Il y a beaucoup trop d'égos dans cette équipe. J'aimerais aussi que Rudi Garcia nous fasse des compos d'équipes réalistes, pas comme celle de Bordeaux qui était tirée par les cheveux à mon goût. Pour en revenir aux joueurs, qu'ils nous prouvent qu'ils ont l'amour du club jusqu'à la fin de la saison. Après, ils peuvent partir où ils veulent, je m'en fous complètement. Mais qu'ils se battent pour le club et les supporters jusqu'au bout".