Roustan : "Sampaoli et Longoria ont remis l'OM à sa place"

Le journaliste de L'Équipe du Soir - et ancien d'OMTV - évoque la saison de l'OM, et notamment le sprint final. Interview :

Publié le 30/03/2022 à 01:00

Didier, à neuf journées de la fin, quel est ton ressenti sur la saison de l'OM et ses chances de succès dans le sprint final ?

Didier Roustan : "C'est un ressenti positif, même si je me demande toujours d'où viennent ces difficultés récurrentes à domicile, d'autant qu'il y a une ambiance fantastique au Vélodrome cette saison. Je retiens aussi les particularités des choix tactiques de Sampaoli, même s'ils n'ont pas toujours été faciles à assimiler par les joueurs et à lire pour nous et les supporters. Dans sa recherche du déséquilibre, il déséquilibre parfois ses propres joueurs. Mais, au moins, il y a quelque chose à voir. Enfin, il y a eu des polémiques ou des tensions avec des cadres comme Mandanda, Alvaro ou Milik, mais au bout du compte, l'OM est au rendez-vous pour ce sprint et n'a jamais été décroché".

Un OM au rendez-vous avec son public aussi ?

DR : "Oui, parce qu'il y a une très grosse attente, comme toujours, et l'OM a su répondre présent tout de suite. C'est ce qui fait qu'en dépit des trous d'air de l'hiver, l'ambiance est restée très élevée au Vélodrome. Alors, évidemment, il faut attendre la fin, car il y a plusieurs équipes dans un mouchoir de poche et ça peut basculer pour un petit point, ou même un but au goal-average. Il y a cette possibilité de rater le podium qui fait qu'il est prématuré de parler de réussite, même si ce que je vois me plait globalement".

Au niveau individuel, les joueurs te plaisent aussi ?

DR : "Oui, ça fait partie de ce côté attractif dont je parle. Il y a en plus une richesse d'effectif qui permet à Sampaoli de faire tourner. De plus, l'esprit collectif est là, avec plusieurs joueurs dont on voit qu'ils souhaitent réussir une belle saison. Le public voit qu'ils sont heureux de jouer ensemble et sentent concernés par la réussite du club".

Pour en revenir à Sampaoli avec toi qui es un amoureux des coachs argentins, quel est ton regard sur son travail ?

DR : "Il n'atteint évidemment pas le niveau de mythologie d'un Bielsa, mais il a tout de suite proposé un football attractif. Au début de saison, l'OM plaisait à tout le monde, pas qu'aux Marseillais, parce qu'il y avait toujours quelque chose à voir. Il y a eu ce creux et ces déceptions à domicile, mais il faut garder à l'esprit que rien n'est facile en Ligue 1, y compris contre les petits, et je pense que ça l'a marqué. Après, c'est un mec que j'apprécie dans sa communication, dans ses conférences de presse. C'est l'un des rares entraîneurs qui ne se cachent pas, qui dit les choses, et c'est une forme de courage. Il apporte quelque chose dans le débat et assume ses choix. On a besoin de ce genre de personnalités en Ligue 1".

Il forme un bon tandem avec son président ?

DR : "Longoria, c'est quand même le jour et la nuit par rapport à Eyraud. Il est passionné et a réussi à construire un effectif très intéressant malgré les gros problèmes financiers du club. Il est parvenu à offrir de bons joueurs à Sampaoli grâce à sa connaissance des réseaux, et c'est la clé de la réussite, même si encore une fois, on ne sait pas à quelle place ils termineront cette saison. Il faut remonter à Pape Diouf pour trouver un président qui maîtrise autant les codes du football de haut niveau. Chacun apporte ses compétences, et je pense que Sampaoli et Longoria ont remis l'OM à sa place cette saison".