OM : quelles sont les conséquences tactiques de cette fin de mercato ?

L'OM a tapé très fort tout au long du mercato estival, même si l'on peut déplorer quelques déséquilibres à certains postes. Le point sur le visage définitif de l'équipe de Jorge Sampaoli après la fermeture du marché.

Publié le 02/09/2021 à 01:00

Après un mercato estival mené tambour battant dès son ouverture, l'OM a fini en douceur, puisqu'aucun mouvement n'a été enregistré lors du final de mardi. Il faut dire que Sampaoli disposait déjà de jolis cadeaux et que l'équipe a de la gueule telle qu'elle est. Mais il est clair que Pablo Longoria attendait un ou deux départs (Caleta-Car, Kamara) pour apposer la touche finale avec un avant-centre et éventuellement un latéral gauche. Ce ne sera donc pas le cas, et on peut dès maintenant faire une projection sur les conséquences de ces non-arrivées. À tête reposée, on se dit d'abord que ce n'est pas si grave, le onze olympien tournant déjà très fort comme on a pu le constater le weekend dernier. "Ce qui est intéressant, ce sont les progrès de l'équipe dans tous les domaines, confirme le technicien marseillais Bernard Rodriguez. On constatait que le système défensif était un peu trop lisible pour l'adversaire, et on a vu des progrès samedi (face à Saint-Etienne) sur ce plan. Du coup, le milieu a pu exercer son pressing très haut sans se mettre en danger, et permettre aux ailiers de jouer leur rôle, ce qui est pour moi le point fort de l'équipe. Globalement, dans la générosité, l'envie de marquer, les courses, c'est déjà très satisfaisant. Même s'il faudra faire attention au contrecoup physique."

La défense centrale, le milieu de terrain et les ailes sont doublés

Justement, l'OM est-il suffisamment armé pour faire souffler lorsque les titulaires commenceront à tirer la langue ? À cette question, on a envie de dire oui, ou presque. Sur les points forts de l'équipe, à savoir la défense centrale, le milieu de terrain et les ailes, les postes sont non seulement doublés, mais avec des remplaçants au même niveau que les titulaires. On pourrait même ajouter à cette liste la tête de l'attaque. En effet, si l'OM ne compte que Milik comme attaquant de très haut niveau, il possède quand même avec Bamba Dieng un élément d'avenir qui aurait certainement pu tirer son épingle du jeu s'il avait été aligné depuis le début de la saison. Mais surtout, on voit que Sampaoli n'a aucun problème à jouer avec de faux avant-centre comme Payet, mais aussi Gerson qui passe le plus clair de son temps à alterner avec le Reunionnais dans ce rôle. Et quand on voit le rendement offensif de l'équipe lors des quatre premiers matches, on n'a pas franchement ressenti l'absence d'une véritable pointe. Alors oui, l'OM aurait été plus confortable en dénichant un avant-centre de complément mardi soir, mais ce n'est pas catastrophique non plus.

Les manques de latéraux et d'un avant-centre semblent avoir été anticipés tactiquement par Sampaoli

Finalement, on se rend compte que le principal manque dans l'effectif concerne les postes de latéraux. Si l'OM a pu concrétiser le retour de Pol Lirola à droite et possède Jordan Amavi à gauche, il n'y a rien derrière, y compris dans le réservoir de la formation. C'est le véritable problème, sachant qu'un effectif de haut niveau ne peut pas se permettre d'être à poil sur ce poste. Mais, encore une fois, on a l'impression que Sampaoli a utilisé les quatre premiers matches pour nous donner sa réponse à cette question, puisqu'il a joué... sans latéraux ! Dans son système hybride en position défensive, sa ligne de quatre s'articulait avec Luan Peres à gauche et Kamara (ou Rongier) qui coulissait à droite. Une manière d'anticiper cette pénurie ou un véritable choix ? On aurait tendance à dire les deux, en fonction de l'adversaire. "Avec le retour de Lirola, Sampaoli a désormais les moyens de changer son fusil d'épaule, explique Rodriguez, notamment en vue des gros matches comme le prochain face à Monaco. Je le vois bien passer en 3-5-2 ou en 3-4-2-1 avec Lirola et Amavi en pistons dans les couloirs. Il faudra évidemment attendre le retour de Milik pour voir le vrai visage de l'équipe type, mais je maintiens qu'il va finir par équilibrer son équipe sur le plan défensif". Cette fin de mercato ne modifie donc pas grand-chose par rapport à ce que l'on sait déjà sur le plan tactique. Et concernant ces déséquilibres à certains postes, Sampaoli semble avoir déjà donné les réponses à nos questions : il fera avec les (beaux) moyens du bord, en attendant janvier.