OM : une 2e place pour une grosse saison des Olympiens !

En cas de 2e place en fin de saison, ce qui est supérieur à l'objectif affiché de cet OM version Longoria et Sampaoli, il serait difficile de ne pas se réjouir, malgré tout et quoi qu'il arrive.

Publié le 12/05/2022 à 01:00

Alors que le sprint final est plus que lancé, l'OM est dans une situation à la fois excitante et tendue, où tout peut encore se jouer, se gagner et se perdre, dans un championnat de Ligue 1 très serré entre la 2e et la 5e place. Ce lundi, sur le plateau du Talk Show, on se demandait si une deuxième place serait synonyme de grosse saison pour l'OM ? Au moment du bilan, et s'il est ainsi, on ne pourra répondre que "oui" à cette question. Voici pourquoi.

Avant la saison, on aurait signé des deux mains

Au mois de juin, alors que l'effectif était décimé et à reconstruire, on se demandait bien comment l'OM pourrait se relever après la révolte de la Commanderie et une 5e place sans aucune saveur. On a ensuite vu le profond remaniement d'effectif opéré, finalement avec succès, par Pablo Longoria. A ce moment-là, si on nous avait tendu un papier pour signer que l'OM parviendrait à terminer deuxième cette saison, on l'aurait signé des deux mains. Car outre la reconstruction, il y a aussi l'adversité, qui paraissait très forte à ce moment-là. Hormis le PSG, qui est presque chaque saison hors concours, on retrouvait Lyon et son effectif énorme sur le papier, Monaco, excellent la saison dernière et renforcé de jeunes talents, Lille, le champion sortant, qui a conservé la grande majorité de ses tauliers, mais aussi Nice et le projet Ineos-Galtier, qui a tenu les trois-quarts de la saison sur le podium, ou encore Rennes et ses lourds investissements sur le marché des transferts lors des deux dernières saisons. L'OM et son coach Jorge Sampaoli, tantôt séduisants, tantôt énervants, ont toutefois tenu la barre. Et s'ils le font jusqu'au bout, il conviendra de s'incliner.

Une 2e place pour lancer le renouveau

Evidemment, l'appétit vient en mangeant. Et si, au tout début de l'exercice, le podium aurait suffi à notre bonheur, comment aujourd'hui ne pas réclamer cette place de dauphin ? Surtout après la défaite de Rennes à Nantes, laissant Monaco à trois points derrière les Olympiens, Nice à cinq unités et Rennes à six. Alors, aux joueurs qui nous lisent ce jeudi sur le chemin de la Commanderie, ne lâchez rien, pas maintenant, pas après tout ce que vous avez fait. Cette place enviée qui donne accès directement à la Ligue des Champions, et qui avait rapporté près de 47 millions d'euros lors de la dernière participation à la C1 en 2020-2021, serait forcément une très belle conclusion de cette saison qui aura duré 55 matchs. Alors oui, il y a des bémols. Ils empêcheront de parler de saison mémorable, de saison magnifique, de saison inoubliable, mais il s'agirait tout de même d'une grosse saison. Elle aurait même été très grosse si l'OM était parvenu à battre Paris à 11 contre 10 en octobre, à battre Lyon au moins une fois, à gagner quelques gros matchs européens (aucune victoire contre la Lazio, Galatasaray et Feyenoord), à aller au bout dans une coupe de France amputée de l'ogre qatari dès les 8es de finale. Mais nous ne boudons pas notre plaisir si l'OM parvient à ses fins. En espérant que ça permettra au club de poser la base d'un renouveau durable et couronné de succès.