OM-PSG : que la fête ne soit pas juste avant le match...

Présentation du match entre l'OM et le Paris Saint-Germain pour le compte de la 11e journée de Ligue 1.

Publié le 24/10/2021 à 01:00

Il y a déjà la crainte de voir un irresponsable jeter quelque chose sur la pelouse et condamner l'OM, pour la plus grande joie de la commission de discipline. Il faut aussi faire avec le prix des places qui s'envole bien plus que le sans-plomb 95 alors que la rencontre est à guichets fermés depuis plusieurs jours. Mais la préfecture a aussi dressé une nouvelle interdiction en marge d'OM-PSG, visant à empêcher les réunions avec fumigènes avant le match, notamment sur le parvis devant l'Orange Vélodrome. Une triste décision tant les avant-matchs sont mémorables pour de nombreux fidèles ces derniers temps. Les mauvaises langues diront même que cela allait être sûrement le meilleur moment de la soirée, avant la clim prévisible d'un Messi, Mbappé ou Neymar. La saison dernière, MBappé avait ouvert le score dès la 9e minute. En 2017, Marquinhos l'avait fait à la 6e minute. Le record, c'était pour Zlatan Ibrahimovic un an avant dès la deuxième minute de jeu, pour ne parler que des matchs à Marseille. A chaque fois, il n'y avait plus match ou presque derrière. 

Le pari de la possession

Qu'en sera-t-il cette fois-ci ? Le pari de Sampaoli est ambitieux. Le technicien argentin n'a pas parlé avant le match d'engagement, n'a pas sorti de poncifs du type "ils ont deux bras deux jambes comme nous", n'attend pas de la virilité dans les duels pour exister. Pas besoin de le mentionner, tout le monde sait que c'est indispensable. Le credo de Sampa, c'est le jeu, alors il a parlé de possession, d'un ballon confisqué à des attaquants parisiens qui doivent avoir le moins de munitions possible. Et en plan B ? "On sait très bien que si l'adversaire réussit à sauter notre pressing, nous serons en difficulté. Ils ont beaucoup de précision, de vitesse. Il faudra faire très attention aux développements du match, des situations qui peuvent créer des émotions et nous faire sortir de notre plan de jeu. Si c'est le cas, ce sera défavorable face à une équipe comme le PSG. Si on modifie notre idée contre une équipe rapide et aussi forte, on va sûrement souffrir" a-t-il expliqué vendredi, comme vous pouvez le voir en vidéo.

 

Prendre un but ? Pas la fin du monde !

A vouloir garder le ballon, en relançant donc proprement, l'OM va s'exposer. Le risque existe d'une perte de balle sanctionnée immédiatement par des adversaires qui ont quand même déjà prouvé leur savoir-faire dans tout ce qui concerne les exploits individuels. Alors l'idée, ce n'est pas de mettre en garde les joueurs de l'OM là-dessus. Ils en sont conscients, ils savent comment se joue un match de football. Mais puisque l'OM est tourné cette saison sur l'offensive, sur les émotions, pour reprendre une formule à la mode, il faut aller au bout du raisonnement. Si Pau Lopez doit aller chercher le ballon au fond de ses filets, il ne faut pas que ça en soit fini des espoirs phocéens de la rencontre. Il ne faut pas baisser les bras, il faut installer ce petit sentiment de folie qui donne envie à tout le stade de faire basculer la soirée dans l'irrationnel. Dans le stade, il y aura de nombreux spectateurs qui auront payé une belle somme pour être là. Ils savent que la victoire n'est pas garantie, sinon ça ne serait pas du football. Mais ils attendent une équipe qui donne tout, pendant 90 minutes. Les émotions viendront toutes seules si les ingrédients sont là.