OM 2-1 Bâle : 3 choses à retenir pour Sampaoli

Retour sur la victoire des Marseillais contre Bâle en Conference League.

Publié le 11/03/2022 à 01:00

Hier soir, l'OM a remporté la première manche de sa double confrontation avec le FC Bâle en Conference League (2-1). A l'heure de se pencher sur cette rencontre, voici trois points, parmi d'autres, qui ont sûrement retenu l'attention du coach olympien.

Payet et Milik ensemble, c'est possible !

En couchant sur son onze de départ Payet et Milik, Sampaoli prenait, si l'on se fie à ses dires précédents, de gros risques concernant l'équilibre de son équipe. Finalement, l'Argentin a montré qu'il savait évoluer dans ses jugements car l'animation offensive de l'OM s'en est bien portée. Les deux joueurs se sont cherchés et grâce aussi à l'apport de Gerson qui a comblé les brèches, on peut se dire que revoir les deux hommes en même temps sur les pelouses est bien probable. Enfin ?

L'OM a toujours les mêmes défauts et les mêmes qualités

Durant de longs mois, l'OM de Sampaoli collectionnait les records de possession de balle sans marquer assez de buts. Hier soir, on a revu ce constat face à Bâle, même si cette fois, les Olympiens ont aussi collectionné les occasions. Aussi, le technicien marseillais va devoir bosser sur l'efficacité offensive, car si ça passe contre les Suisses, rien ne dit que contre Lyon, Nice, Rennes ou encore Strasbourg, l'OM puisse s'en tirer en concrétisant si peu d'actions offensives. Et ce n'est pas nouveau.

Kolasinac à gauche, ça marche aussi !

Alors bien sûr, le Bosnien a souffert physiquement en seconde période et rien ne dit qu'il sera à nouveau titulaire ce dimanche à Brest. Mais avant ça, il avait montré de belles qualités. Dans ses intentions offensives d'abord, dans la qualité de ses centres et remises ensuite. Peu débordé défensivement, l'ancien d'Arsenal n'est pas étranger à la bonne prestation de son équipe et on a forcément envie de le revoir. D'ailleurs, en forçant le trait, on remarque que le but d'Esposito se concrétise dans sa zone, alors qu'il vient tout juste de céder sa place. De quoi donner des idées nouvelles à Sampaoli ? La balle est dans son camp.