Ca se complique sérieusement pour les Olympiens ?

Publié le 29/03/2018 à 07:00

Les dés sont jetés. Les internationaux de l'OM en ont terminé avec la dernière trêve internationale avant le Mondial en Russie. Ils sont rentrés à Marseille pour y disputer le sprint final avant de filer vers le grand est ou bien de regarder la Coupe du Monde à la télé. Justement, quels sont les enseignements de cette dernière période internationale pour les Olympiens ?

Ils devraient voir la Russie

Sans surprise, le grand favori pour la Russie se nomme Steve Mandanda. Le portier olympien, auteur récemment de performances XXL rentre sûrement de Clairefontaine avec un goût amer, puisqu'il n'a pas eu l'occasion, comme depuis des années, de bouleverser la hiérarchie. Et pourtant, Hugo lloris semble de plus en plus fragile, en témoignent ses buts encaissés contre la Colombie, notamment le premier, où il n'est pas exempt de tout reproche. Mais c'est ainsi, Didier Deschamps a son numéro un, le portier de Tottenham, et son numéro deux, le Fenomeno. Autre élément assuré de voir Moscou, Hiroki Sakai. Bien qu'ayant manqué le dernier rassemblement nippon, il fait partie des cadres de sa sélection et sera sans aucun doute possible dans les rangs du Japon cet été.

 
Ca va être chaud...

Les absents ont toujours tort. Un poncif qu'il ne convient pas d'employer pour Dimitri Payet. Quand on voit l'incapacité d'un Anthony Martial, pour ne citer que lui, à créer le danger, on peut se dire que rien n'est encore joué pour les derniers postes offensifs à pourvoir. Un constat qui fonctionne aussi pour Florian Thauvin. L'Orléanais n'a une nouvelle fois pas pu défendre ses chances. Il n'a joué que 10 minutes contre la Colombie et n'a pas pu se rendre en Russie à cause d'une lésion à l'ischio-jambier. S'ils n'y seront probablement pas tous les deux, un Olympien aura peut-être la chance de se trouver dans l'avion.  Mais celui qui s'est vraiment relancé, à la surprise générale, c'est Rolando ! Le Portugais a enchaîné deux titularisations avec le Champion d'Europe 2016 et a désormais des chances de figurer dans le bon wagon pour le Mondial. Seul hic dans sa belle semaine, la défaite 3-0 des hommes de Fernando Santos contre les Pays-Bas. A voir si le Cap-Verdien aura su convaincre son sélectionneur.

 
Une chance infime...

A deux mois du Mondial, une liste de grands perdants commence clairement à se dégager. Bien qu'il mériterait sûrement d'aller en Russie, Luiz Gustavo n'a désormais plus qu'un très mince espoir de rejoindre la Seleçao. D'autant que la dernière performance de sa nation aura convaincu (victoire 1-0 contre l'Allemagne). Les trois milieux alignés ont fait le job (Casemiro, Fernandinho et Paulinho). Son seul espoir serait que son sélectionneur Tite ne décide d'emmener cinq ou six milieux dans liste pour évoluer de façon durable en 4-3-3. Autre perdant, Jordan Amavi. Le latéral gauche marseillais s'est vu préférer Lucas Hernandez et Lucas Digne dans la dernière liste. Bien que n'ayant pas été transcendants, ils partent avec une longueur d'avance, tout comme Benjamain Mendy, qui va tenter de revenir avant le Mondial. Même chose pour Adil Rami. A son poste Umtiti, Varane, Koscielny et Kimpembe semblent favoris, sans oublier Laporte. Un ou deux blessés pourraient lui ouvrir la porte. Enfin, le cas d'Aymen Abdennour va sans doute être étudié de près en Tunisie. Sans lui, les Aigles de Carthage ont remporté deux victoires 1-0 (contre le Costa Rica et l'Iran). La défense a été solide sans l'Olympien, qui de plus ne joue pas dans son club...

Ils partent de trop loin

Enfin, il y a ceux qui ont pu y croire rapidement à un moment donné, mais qui doivent se résoudre à l'évidence. Bouna Sarr, pour commencer. Le néo-latéral avait été cité parmi les joueurs étant suivis de près par le staff des Bleus, mais les performances du duo Sidibé-Pavard, et même celles de Debuchy avec les Verts ont éteint tout espoir. Morgan Sanson, qui espérait sans doute avoir une chance ces derniers mois, est très loin des papiers du sélectionneur. Il doit déjà essayer de regagner une place dans le onze type à l'OM. Enfin, Lucas Ocampos, dont les performances sont saluées par l'UEFA dans son baromètre de l'Europa League, doit composer avec une bien trop féroce concurrence dans la ligne offensive argentine. A moins d'un miracle, ils ne seront pas du voyage cet été.