L'OM peut-il vraiment repartir avec Mitroglou la saison prochaine ?

L'avant-centre grec sera de retour à la reprise de l'entraînement de l'OM, sauf surprise...

Publié le 24/05/2020 à 01:00

Cette question, les supporters olympiens se la posent à chaque reprise depuis deux ans. En effet, si Kostas Mitroglou (32 ans) n'a plus porté le maillot olympien depuis longtemps - une défaite à Lille (1-2) en janvier 2019 - personne n'ignore que le Grec appartient toujours à l'OM avec un contrat jusqu'en juin 2021 et qu'il devrait se présenter à La Commanderie lorsque reprendra l'entraînement cet été. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir tout tenté pour l'en éloigner, avec deux prêts successifs à Galatasaray puis au PSV Eindhoven. Deux expériences qui ont rapidement coupé court, puisque Mitrogoal n'a pas plus brillé en Süper Lig qu'en Eredivisie, et on voit mal comment l'OM pourrait lui trouver une troisième terre d'accueil temporaire en attendant que se termine son contrat. Si l'on a vanté le dernier mercato estival d'Andoni Zubizarreta avec les choix pertinents de Valentin Rongier et Alvaro Gonzalez, force est de constater que le Basque n'a pas eu le nez creux à l'été 2017, lorsqu'il est allé chercher le Grec à Benfica dans les dernières heures avant le gong. Un Panic Buy à 15 M€ (pour 50 % du joueur) et un salaire estimé à près de 4 M€ brut par an. On a connu de meilleures inspirations, c'est le moins qu'on puisse dire...

L'hypothèse d'un retour à l'Olympiakos, voire au Benfica Lisbonne...

Mais, le retour de Kostas Mitroglou à l'OM n'est pas encore définitivement acté. En effet, deux solutions alternatives ont été évoquées ces dernières semaines. Tout d'abord, celle d'un retour là où Kostas s'est fait un nom, à l'Olympiakos, où il a empilé les pions entre 2012 et 2014. Un serpent de mer évoqué depuis deux ans, mais qui a vraiment agité la presse grecque ces dernières semaines, comme nous l'expliquait le journaliste Alain Anastasakis : "L'intérêt est réel, il n'y a guère de doutes là-dessus. Mais, il faut savoir que l'Olympiakos n'a pas vraiment l'esprit aux transferts actuellement, au-delà de la crise sanitaire, avec aussi des affaires judiciaires. Après, le coup n'est pas impossible, même si je ne vois pas l'Olympiakos payer une indemnité". Deuxième solution et deuxième come-back : un retour au Benfica, où Mitro a claqué 52 buts en 88 matches. C'est La Chaîne L'Equipe qui émettait cette hypothèse cette semaine en cas de départ de Carlos Vinicius. L'idée n'est pas idiote, puisque le club Lisboète dispose toujours de la moitié des droits du joueur et que, de toute façon, l'OM ne devrait pas demander d'indemnités de transfert. L'occasion de récupérer gratuitement un buteur qui connait parfaitement le club et dispose toujours d'une belle cote auprès des supporters. "C'est clair, car il a marqué beaucoup de buts là-bas, et surtout des buts importants, confirme Alex Ribeiro du site Trivela.fr. Après, si Benfica réussit à vendre Vinicius à MU ou Wolverhampton pour 40 M€, ils se tourneront certainement vers un élément plus jeune, mais la rumeur existe effectivement à Lisbonne".

Et pourquoi ne pas rêver d'un beau happy end à l'OM ?

Si d'aventure l'OM ne parvenait plus à trouver de solutions pour Mitro, le Grec va donc revenir et il faudra faire avec. Une mauvaise nouvelle pour un club qui les accumule en ce moment ? Pas sûr. En effet, si ses blessures à répétition le laissent enfin tranquille, pourquoi ne pas imaginer une belle histoire pour sa dernière année à l'OM ? Encore une fois, Mitro sait marquer des buts, il l'a démontré en Grèce, au Portugal et même à l'OM lors des courtes périodes où sa cuisse n'a pas grincé. 16 buts en une cinquantaine de matches, dont beaucoup comme remplaçant. Des stats que peu d'attaquants olympiens ont atteintes ces dernières saisons. Et puis, l'OM va disputer la Champions League, et ça, Kostas connait bien. En 41 matches, il y a tout de même planté 14 buts et donné 5 passes décisives. Là encore, rares sont les attaquants olympiens qui peuvent se targuer d'en avoir fait autant. Alors, au lieu de se lamenter encore et toujours sur le retour d'un flop, il y a aussi matière à se dire que dans un contexte où les recrues de choix ne vont pas se bousculer, un Mitro revanchard et désireux de montrer enfin ce qu'il vaut ne sera pas de trop, d'autant que l'OM ne possède personne d'autre dans son registre.