Que risque l'OM avec le dossier Pape Gueye ?

Le nouveau milieu olympien reste sous la menace d'une action en justice de Watford.

Publié le 07/07/2020 à 01:00

Si l'OM a incontestablement réussi un très joli coup en engageant Pape Gueye (21 ans) suite au refus de ce dernier de rejoindre Watford, on sait que cette opération n'est pas sans risques. En effet, sans refaire toute l'histoire, on rappelle que l'ancien milieu havrais, libre de tout contrat, avait signé un pré-contrat en faveur du club de Premier League l'hiver dernier. Surpris, dans un deuxième temps, par ses conditions salariales et la perspective d'être prêté dans la foulée à un autre club, Pape Gueye a changé d'agent et a surtout changé d'avis en souhaitant rester en France et signer à l'OM. Le club olympien, après étude du dossier, a donc pris le risque de faire signer le joueur en parfaite connaissance de cause, s'appuyant sur les arguments du nouveau conseiller du joueur et, notamment, sur les vices de forme du contrat de Gueye à Watford. Une opération applaudie par l'ensemble des connaisseurs et surtout des supporters olympiens, convaincus par l'immense potentiel de Pape Gueye.

"Même avec une amende à payer et quelques mois de suspension, l'OM a eu raison de le faire signer, car c'est un joli coup quoiqu'il arrive"

Ceci dit, alors que l'on évoque depuis plusieurs semaines l'hypothèse d'un arrangement financier entre l'OM et Watford, sur la base d'un dédommagement de 2 ou 3 millions d'euros, on sait maintenant que les Anglais souhaitent porter l'affaire Pape Gueye devant la FIFA et demander des sanctions contre le joueur et l'OM. D'après plusieurs spécialistes de ce genre de dossier, le risque d'une sanction est effectivement bien réel, mais il concerne plus le joueur que l'OM. En effet, il n'est pas impossible que Pape Gueye soit sanctionné financièrement, voire sportivement. Mais, dans les deux cas, ces pénalités toucheraient indirectement le club, comme l'explique au Phocéen un avocat proche du dossier : "Gueye risque effectivement une suspension ou une amende, ce qui pénaliserait les deux parties. Son avocat dit que le joueur n'était pas assez payé et qu'il n'avait pas bien compris le contenu de son contrat. Mais, j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, ces arguments ne tiennent pas. D'ailleurs, je sais que plusieurs grands clubs ont regardé le dossier et ils ont dit stop tout de suite. Après, l'OM ne risque pas grand-chose car, dans ce genre de dossier, les amendes FIFA doivent être payées par le joueur. Il y a aussi le vice de forme de la date de la visite médicale à Watford qu'ils peuvent plaider. Enfin, même en cas de suspension, l'OM fait quand même une très belle affaire en récupérant un excellent jeune à moindres frais. Même avec une amende à payer et quelques mois de suspension, l'OM a eu raison de le faire signer, car c'est un joli coup quoiqu'il arrive".

L'avocat de Gueye : "Le joueur n'avait pas le choix, car il faut tenir compte de la manipulation dont il a fait l'objet"

Un joli coup qui peut rappeler celui tenté avec Frank Ribéry il y a plusieurs années, même si l'OM et le joueur disposaient d'arguments bien plus solides, car le contrat avec Galatasaray avait été rompu pour cause de non-paiement de salaires depuis plusieurs mois. Pour Gueye, les arguments sont différents et Watford a de bonnes chances de récupérer un joli pécule sur le coup. Mais, même là, rien n'est moins sûr, car Watford et le groupe Pozzo auquel il appartient (qui détient également l'Udinese et Grenade) ne sont pas très bien vus auprès de la FIFA à cause de nombreuses opérations pour le moins opaques depuis de nombreuses années. Ainsi, les Anglais ont tout intérêt à se mettre d'accord avec l'OM pour un gentlemen's agreement. De son côté, l'avocat et nouvel agent de Pape Gueye, Pierre-Henri Bovis confirme au Phocéen son optimisme sur le dossier : "Le joueur n'avait pas le choix, car il faut tenir compte de la manipulation dont il a fait l'objet (par son ex-agent, NDLR). Il faut sanctionner un joueur qui rompt son contrat abusivement et, à l'inverse, protéger ceux qui sont démunis et se sont fait avoir". On ne sait pas comment la FIFA interprétera ces arguments, mais encore une fois, l'OM a réalisé une bonne opération et c'est bien l'essentiel.