"On sent que Lirola s'épanouit"

"On sent que Lirola s'épanouit"

Le Phoceen TV

OM : le débrief des débriefs après la victoire contre Dijon

Publié le 06/04/2021 à 13:15

L'avis des consultants et polémistes après la victoire de l'OM contre Dijon (2-0).

Jorge Sampaoli vient d'enchaîner une troisième victoire en autant de matchs au Vélodrome. Le coach argentin, pourtant, ne semble pas encore parvenir à déployer le jeu qu'il désire. S'il estime qu'il y a "des progrès", les regards extérieurs sont moins de cet avis, notamment chez les consultants et polémistes des émissions nationales.

Dans l'émission L'After Foot, sur RMC, Daniel Riolo ne semble pas convaincu, surtout par les joueurs : "C'est un résultat qui est trompeur, parce que l'OM gagne et peut se dire qu'il va jouer la 5e place. Mais dans le jeu, ils sont très loin de Lens, qui à chaque fois que je la vois me régale. Sampaoli, je ne vois pas d'effet, je vois les idées qu'il veut mettre en place. Mais je ne sais pas si les joueurs correspondent à ce qu'il veut. Il n'y a rien, pas un joueur. Il y a beaucoup de travail, de maux de tête, il va falloir changer beaucoup de joueurs".

Pour Christophe Jallet, sur le plateau du Canal Football Club, un joueur échappe à toute critique. Il s'agit de Pol Lirola qui l'a totalement séduit : "Il est toujours bien placé sur le terrain, assez haut, très souvent même au-dessus de Thauvin. C'est le seul joueur quasiment utilisé à plein emploi par Sampaoli dans ce système. On sent qu'il s'épanouit. Il y a beaucoup d'intensité dans ses courses, dans ses appels. Il y a aussi beaucoup de justesse technique dans ses centres. Il est très intéressant et convient à ce système de jeu. Il a déjà une certaine complicité avec Thauvin sur le côté".

Enfin, sur La Chaîne L'Equipe, le souvent juste Ludovic Obraniak n'a pas voulu enfoncer Arkadiusz Milik, qui souffre de la solitude chronique de l'avant-centre, comme ses prédécesseurs : "Il n'est pas aidé. Je trouve qu'il n'est pas gâté, il n'y a pas énormément de centres, si ce n'est Lirola, mais qui centre toujours en retrait. Il essaie de créer des espaces, des choses. Après, dans la configuration avec Henrique qui ne centre jamais et les deux autres qui rentrent vers l'intérieur, ce n'est pas facile".