OM : Sampaoli et le foot sur une moitié de terrain

L'OM du technicien argentin pratique un football tellement offensif et dominateur qu'il ne joue pratiquement plus dans son camp. Et ce sont ses adversaires qui dégustent.

Publié le 21/09/2021 à 01:00

Match après match, l'OM déroule un football que tout le monde reconnait aujourd'hui. Mieux, il semble s'améliorer à chaque sortie, et ce fut le cas dimanche lors de ce nouveau succès des Olympiens face à Rennes (2-0) au Vélodrome. Encore une victoire très convaincante face à un concurrent potentiel, et quelle victoire ! Comme à Monaco, comme à Moscou, l'OM de Jorge Sampaoli a étouffé les Bretons de la première à la dernière minute, avec même une nouveauté : une meilleure gestion des temps faibles. Pourtant, avec ce calendrier de dingues (pour les Rennais aussi d'ailleurs), on pouvait craindre un relâchement physique légitime, mais ce dernier n'est jamais arrivé. "On attendait une rotation jeudi à Moscou, confirme le technicien marseillais Bernard Rodriguez, et Sampaoli a finalement choisi de faire tourner face à Rennes. Un choix payant puisque l'OM a dominé outrageusement les Russes et les Bretons. On s'interrogeait aussi sur le jeu à haut risque prôné par l'Argentin, mais on constate que les joueurs maîtrisent aujourd'hui parfaitement leur sujet. Ils ont parfaitement intégré ce système et cela se voit de plus en plus à chaque sortie, d'où ces copies impeccables".

"La grande force de cette équipe de l'OM, c'est qu'ils mettent l'adversaire dans son camp. En fait, le match se déroule sur un demi-terrain, et ça explique tout"

Des copies impeccables sur le plan comptable, mais aussi et surtout sur le plan du jeu. Une vraie montée en puissance que subissent match après match les adversaires, y compris des équipes de valeurs comme les trois dernières victimes en huit jours. "La grande force de cette équipe de l'OM, c'est qu'ils mettent l'adversaire dans son camp et il est très compliqué pour eux d'en sortir, explique Rodriguez. En fait, le match se déroule sur un demi-terrain, et ça explique tout. De plus, le fait d'avoir des attaquants très écartés pose un problème insoluble pour les adversaires. Comme ces derniers jouent dans leur camp, ils sont obligés de fermer l'axe. Les Marseillais n'ont plus qu'à toucher Ünder, De la Fuente ou les autres ailiers pour se créer des espaces. Et vu la qualité de ces joueurs dans les un-contre-un, ça devient très compliqué de résister. Je ne sais pas combien de temps ça va durer, car pour le moment, les équipes adverses n'ont pas trouvé le truc pour gérer ça. De plus, si on ajoute la qualité des appels de Dieng, le rayonnement de Guendouzi ou les passes de Payet, ça devient très compliqué".

"Par rapport aux craintes que l'on pouvait avoir sur les premières rencontres, l'OM a une vraie mainmise sur le jeu aujourd'hui"

Un sentiment partagé par tous les observateurs et dont on ne sait combien de temps il va persister. Les premiers indices étaient apparus dès les matchs de préparation, lorsque Sampaoli nous donnait des maux de tête avec cet OM sans latéraux et qui attaquait à tout-va. Des questions que l'on se pose de moins en moins, surtout depuis trois matches. "Par rapport aux craintes que l'on pouvait avoir sur les premières rencontres, l'OM a une vraie mainmise sur le jeu aujourd'hui, confirme notre technicien. C'était une vraie interrogation, parce que ce système hybride paraissait vraiment compliqué à assimiler, mais ils y sont parvenus. Si l'on ajoute à ça un état d'esprit irréprochable et le talent de ces joueurs à tous les postes, ça devient carrément intéressant". Intéressant jusqu'à quel point ? Le podium ? Le titre ? Avec cet OM, tout est ouvert. "J'ai regardé PSG-Lyon (2-1) dimanche soir, et le premier constat est que les Lyonnais méritaient mieux, conclut Rodriguez. Ils ont montré de très bonnes choses avec des joueurs de qualité, alors que Paris ne semble pas du tout au point. Si on doit faire un bilan aujourd'hui, l'OM est sans conteste l'équipe la plus agréable à jouer, celle qui montre le plus de qualité, bien devant Lyon et le PSG. Si elle tient physiquement, cette équipe a tout pour viser haut".