OM 0-3 City : plus qu'une simple raclée

Au-delà de la défaite face aux hommes de Guardiola, le comportement des Olympiens laisse transparaitre un problème plus profond.

Publié le 28/10/2020 à 12:00

À la lecture de la presse ce mercredi matin, mais aussi des commentaires sur les réseaux sociaux, on peut dire que les Olympiens font l'unanimité. En effet, cette défaite de l'OM (0-3) face à Manchester City nous a tous fait penser à un match amical de la part des hommes de Villas-Boas. Pire : à une opposition d'entraînement entre une équipe pro et les U17 du club. Un sentiment unique à ce niveau de compétition où le problème ne se situe même pas dans la différence de niveau entre deux équipes. Le mal est plus profond que cela, dans le sens où cette équipe de l'OM n'a jamais cherché à relever la tête, à tomber avec les armes à la main. En gros, on a eu le sentiment d'assister à une séance d'entraînement tactique à La Commanderie, où le thème était de subir à dix dans la surface en tenant le plus longtemps possible, mais sans jamais mettre en danger l'intégrité physique de l'adversaire. Un adversaire reconnaissant, puisqu'il n'a jamais eu à puiser dans ses réserves pour assurer le résultat.

Que l'on choisisse de jouer plus bas s'entend, notamment face à l'équipe de Guardiola. Mais que l'on opte pour un non-jeu total est carrément inaudible

Alors, il y a plusieurs lectures de cette débâcle. Certains pointent la responsabilité d'André Villas-Boas, avec son schéma en 5-3-2 hyper défensif. L'argument est recevable, d'autant que le coach semble avoir choisi cette ligne depuis le début de la saison en faisant jouer son équipe en bloc bas. Pourquoi ? Bonne question. Peut-être, justement, pour préparer son équipe à cette Champions League. Si c'est le cas, c'est complètement raté, d'autant que l'OM a justement réussi sa saison dernière avec un bloc haut basé sur la possession de balle. Que l'on choisisse de jouer plus bas s'entend, notamment face à l'équipe de Guardiola. Mais que l'on opte pour un non-jeu total est carrément inaudible. Au point que City doit se demander ce matin comment l'OM a pu finir devant Lyon et Monaco la saison dernière, deux équipes qui l'ont sorti de la C1 ces dernières années. Un désastre tactique, donc, mais aussi individuel au travers d'un comportement inexplicable.

Le problème semble bien plus vaste, au point que ce match nous fait nous demander ce que fait l'OM toute la semaine à l'entraînement

Pourtant, il va falloir obtenir des explications. Jusque-là, on analysait les carences de l'OM sur le plan physique. Les raisons étaient d'ailleurs valables avec une préparation tronquée par l'arrêt des compétitions, la multiplication des cas de Covid dans l'effectif cet été où encore les suspensions. Mais, au regard du match d'hier soir, ces excuses ne tiennent plus. Surtout face à un City qui a connu les mêmes désagréments et qui s'est, de plus, farci le Final 8 de Lisbonne. City qui, aussi, se traîne dans le ventre mou de la Premier League et déplorait hier les absences de ses deux avants-centres. Non, le problème semble bien plus vaste, au point que ce match nous fait nous demander ce que fait l'OM toute la semaine à l'entraînement, tactiquement, techniquement, physiquement. Difficile à dire, puisque les séances sont verrouillées à double tour depuis des années, mais on aimerait être une petite souris pour voir le degré d'engagement et d'implication du groupe (et du staff) au quotidien à La Commanderie. Sur ce que l'on a vu hier soir, les questions posées sont légitimes.