OM Actualités Foot de l’Olympique de Marseille
Saison

Reims-OM : pourquoi c'est important de faire le break

Par la rédaction du Phocéen

Publié le 24/04/2022 à 01:00

Reims-OM : pourquoi c'est important de faire le breakReims-OM : pourquoi c'est important de faire le break

Présentation de la rencontre entre Reims et l'OM en Ligue 1.

L'OM a donc une fin de saison excitante à jouer, avec demi-finale de coupe d'Europe au programme et lutte pour la deuxième place en championnat. Mais cela ne se vit pas sans risque, c'est le jeu, et malheureusement l'OM a déjà payé pour voir. Oui, il est encore question de cette fameuse saison 2017-2018 avec Rudi Garcia, où le club phocéen fait finale de Ligue Europa et 4e de Ligue 1 avec 77 points (il faudrait cinq victoires en cinq matchs à l'OM pour atteindre le même total cette saison, pour situer). Savoir gérer deux compétitions est donc un art, et, là où cela peut être rassurant, c'est que Sampaoli, son staff et ses joueurs semblent avoir bien plus de maturité que leurs prédécesseurs pour gérer ce genre d'événement.

Le fantôme de Grégory Sertic

En 2018, afin de se donner toutes les chances contre l'Atletico Madrid, Garcia avait laissé pas mal de forces vives à la maison pour le match d'avant en Ligue 1 : pas de Payet, de Luiz Gustavo, de Rami, de Rolando et même de Mitroglou pour se déplacer à Guingamp. Cela voulait dire ce que ça voulait dire, une titularisation de Grégory Sertic en défense. Un joueur qui avait la particularité cette saison-là de voir son équipe encaisser au moins trois buts à chacune de ses titularisations en championnat. Ca n'a pas manqué en Bretagne, alors que l'OM menait pourtant 2-0. Au final 3-3, deux points qui s'envolent, deux points qui manqueront pour être devant Lyon sur le podium final une semaine plus tard. 

Plus serein pour la suite, ça change tout !

Alors évidemment le contexte n'est pas le même cette année. Il n'y a pas de coupe du monde dans la foulée, la finale de la Conference League se jouera donc une fois le verdict du championnat tombé. Mais l'idée globale demeure : quand on joue des matchs à haute intensité en coupe d'Europe, le week-end, on perd des points en Ligue 1. C'était le cas en 2018, avec un nul contre Montpellier après Leipzig, un nul à Angers après Salzbourg. Cette année, ce sera Feyenoord, avec une superbe présentation de Soprano. Après l'aller, il y aura la réception de Lyon, après le retour un déplacement à Lorient. La suite ? Un déplacement à Rennes que la bande à Genesio prépare déjà comme une finale, puis la réception d'un Strasbourg qui sera peut-être toujours dans le coup. Le rendez-vous le plus simple sur le papier, cela pourrait donc bien être ce déplacement à Reims, une véritable balle de break qui permet d'envisager la suite avec plus de sérénité. Qui sait, en 2018, s'il gagne à Angers, Garcia est plus serein au moment de faire tourner à Guingamp, de fait, il prépare aussi mieux sa finale, tente Kamara en charnière avec Rami, Luiz Gustavo repasse au milieu à la place de Zambo Anguissa et l'OM ne donne pas le premier but... Facile à dire après coup, c'est vrai. Mais au moins, nous avons tous le mérite d'être prévenu pour cette fin de saison-ci.