OM : Rocchia, la dernière chance ?

Focus sur le poste de latéral gauche, où un produit du centre de formation pourrait tirer son épingle du jeu.

Publié le 19/07/2020 à 01:00
OM : Rocchia, la dernière chance ?

S'il réussit à se faire une place dans l'effectif cette saison, Christopher Rocchia aura sûrement un sentiment de soulagement, voire d'accomplissement. Car si tout a semblé limpide pour son partenaire de ses années de formation marseillaise, Boubacar Kamara, avec qui il a atteint la finale de la coupe Gambardella en 2017, ce n'a pas été le cas du latéral gauche, alors qu'il a signé son premier contrat pro quelques mois après le numéro 4. En même temps, il peut toujours se dire que le jour de la signature, il était dans le même bureau que Yusuf Sari, qui a dû depuis s'exiler en Turquie pour faire démarrer sa carrière pour de bon. Rocchia est donc à mi-chemin entre les deux parcours, et c'est peut-être bien ce stage en Allemagne qui va déterminer la suite. Sauf que si on y regarde bien, cela fait trois intersaisons que cette observation est faite. S'il s'était montré à son avantage lors d'un match de pré-saison en Suisse avec Rudi Garcia, cela n'avait pas été suivi d'effets sur son temps de jeu en compétition officielle. L'actuel entraîneur de Lyon assurait à l'époque que le joueur avait besoin de grandir, mais il excluait un prêt : il fallait que Rocchia soit sous sa surveillance à l'entraînement, au quotidien, pour progresser. Pour autant, la saison suivante, alors qu'Amavi était au fond, Rocchia n'avait que 10 minutes en Europa League à Francfort dans un match plié pour se montrer. Il est donc parti à Sochaux, dans les derniers jours de janvier, pour montrer de quoi il était capable. De retour l'été dernier, il voulait montrer à Villas-Boas de qu'il avait les épaules. Mais au final, le technicien portugais l'a laissé retourner à Sochaux pour un nouveau prêt. Sauf qu'à chaque fois, Rocchia revient plus fort du Doubs. Avec plus d'expérience, plus de certitudes et même plus de courtisans. De quoi taper pour de bon dans l'oeil d'AVB cette fois-ci ?

Plus le droit à l'erreur

Cela aurait pu être le cas au Portugal mais Rocchia a eu un contre-temps. A vouloir mettre toutes les chances de son côté, avec une préparation physique avant la reprise pour arriver dans les meilleures conditions, Rocchia en a trop fait. Et il s'est blessé bêtement au genou. Le staff médical du club, pas dupe, a bien constaté que la blessure était antérieure à la reprise. Mais Villas-Boas espérait quand même avoir Rocchia au Portugal. Echaudé par ce contre-temps, le joueur n'a pris aucun risque, se fixant comme objectif le deuxième stage, en Allemagne. Nous y sommes et surtout, il y est. Rocchia a été retenu dans le groupe. Au Portugal, c'est Nassim Ahmed qui avait fait le voyage à sa place et qui avait prouvé en jeunes qu'il pouvait également jouer latéral. Là, il ne fait pas partie des conviés. Tout comme Niels Nkounkou, qui s'est engagé à Everton. La voie est libre donc pour Rocchia, pour aller chercher un poste de doublure de Jordan Amavi. Dès le départ, lorsqu'il a dressé ses priorités de recrutement, AVB a évoqué un milieu défensif, un défenseur central et un attaquant polyvalent (Pape Gueye et pourquoi pas Balerdi et Mbaye Niang). Il se tient à son plan et il n'est pas question de recruter à gauche pour l'instant. L'an dernier, le coach estimait qu'une année sans coupe d'Europe, ils pouvaient tourner à trois pour deux postes (Amavi, Sarr, Sakai). Avec la Ligue des champions, il faut étoffer et cela peut passer par une main tendue à un élément formé au club. Pour cela, il faudra montrer de belles choses pendant le stage et les matchs amicaux. C'est en tout cas un des principaux enjeux de ces premières rencontres qui nous sont données à voir et que vous pourrez retrouver sur Le Phocéen.