OM : remettez-vous en question !

Retour sur le match nul décevant de l'OM contre Metz (1-1).

Publié le 27/09/2020 à 01:00

C'est facile de le dire après, de faire l'inspecteur des travaux finis. Après les couacs contre Saint-Etienne (0-2) et Lille (1-1) à domicile, André Villas-Boas avait le choix : soit tirer la sonnette d'alarme, faire des choix forts, quitte à piquer certains de ses éléments, soit jouer la carte de l'apaisement, rassurer son groupe, qui a de la qualité, pour lui apporter la sérénité nécessaire pour retrouver son football face au FC Metz. Le Portugais a opté pour la seconde solution. Puisque le match contre les Grenats est terminé désormais, que l'OM a fait un piètre match nul 1-1, il est facile de se dire qu'AVB s'est trompé. Il ne faut pas occulter que, pendant des mois, le même homme a été adulé pour ses facultés de management, bien au-dessus de la moyenne. Il sait peut-être plus que d'autres quand il faut manier le bâton, la carotte, et ce n'était peut-être pas le bon moment. Sauf qu'après une troisième contre-performance à domicile, cela va peut-être le devenir... 

Il y a peut-être des joueurs et/ou un système à changer...

Après la rencontre, Steve Mandanda a refusé de tirer la sonnette d'alarme et ne voulait pas s'attarder sur le négatif, comme vous pouvez le voir en vidéo. Cela peut se comprendre. Parler de crise alors que ce n'est encore que le mois de septembre, cela va encore donner des munitions à certains pour dire que les supporters phocéens sont trop émotifs. Après tout, il y a trois ans, ceux qui s'en étaient pris à Rudi Garcia dès la cinquième journée après des revers à Monaco (6-1) et contre Rennes (1-3) s'étaient fait railler une fois que Luiz Gustavo et ses copains avaient réglé la mire. Mais en même temps, si l'on y regarde bien, l'actuel entraîneur de Lyon, que l'OM va rencontrer la semaine prochaine, avait changé des choses. Il avait modifié son système, sorti certains éléments du onze qui ne donnaient pas satisfaction pour en intégrer d'autres. Il n'a pas fallu grand-chose mais l'équipe a fini par se trouver. Et ça n'aurait peut-être pas été le cas sans le coup de pied aux fesses administré par les supporters au Vélodrome. 

Contre Metz comme contre le PSG s'il vous plaît !

Inutile de rappeler le contexte actuel, ils ne pourront le faire cette saison. En tout cas, pas tout de suite. Pour autant, ce serait bien que le club prenne conscience de l'insatisfaction de son public. Cela vaut aussi pour les joueurs. Difficile de se contenter de la prestation d'un Thauvin et d'un Payet contre Metz lorsqu'on a vu leur match au Parc. Cette surmotivation, cette détermination à chaque contact, cette énergie qui permet d'haranguer ses partenaires, il faut l'avoir toutes les semaines. Parce que c'est la marque des grands joueurs, des grandes équipes, et parce que l'on compte sur eux pour dynamiter les défenses adverses à chaque match. La patience a ses limites et la remise en question concerne évidemment tout le monde, des joueurs au coach en passant par les premiers dirigeants. Il est donc temps d'agir sous peine d'aller au devant de grandes désillusions.