OM : Pourquoi la victoire à Monaco est marquante

Retour sur la victoire de l'OM à Monaco (0-2) ce samedi soir, et sur les promesses affichées.

Publié le 12/09/2021 à 01:00

Alors oui, Monaco n'est pas dans sa dynamique de feu de la saison dernière. Et Louis II n'est pas une forteresse imprenable pour les Phocéens. Une fois de plus, le stade de la Principauté était rempli de supporters marseillais, c'était un nouveau match à domicile, comme à la fin de la décennie 2000 quand l'OM s'y imposait systématiquement. Mais le premier gros test de la saison est réussi, point. En face, il y avait bien le Tchouaméni que Didier Deschamps a appelé en équipe de France. C'était le même. S'il n'a pas brillé, c'est parce que Boubacar Kamara, c'est parce que Valentin Rongier, c'est parce que Mattéo Guendouzi, c'est parce que l'OM a envoyé du jeu, beaucoup de jeu. Il y a le résultat (victoire 2-0 chez un concurrent direct) et il y a la manière. Une grosse manière. Les hommes de Sampaoli, sans Payet et sans Milik, ont sorti une victoire totale. De la première à la dernière minute, il n'y a rien à jeter. 

Maîtrise de bout en bout

"Cette victoire, c'est du Bielsa intelligent", se lachait même Romain Haering dans la troisième mi-temps de Monaco-OM sur Twitch. C'est peut-être un peu caricatural, même si c'est arrivé lorsque Marcelo Bielsa en était le coach, l'équipe de l'OM ne cherchait pas systématiquement à courir dans tous les sens pour mettre le troisième quand elle gagnait 2-0. Mais ce samedi soir, la part de calcul, de gestion a été plus visible. Et c'était loin d'être honteux. Une fois le deuxième but inscrit, après l'heure de jeu, l'équipe de Jorge Sampaoli n'a plus eu autant d'occasions. C'est qu'il y a eu des changements, avec parfois des éléments qui évoluent dans un registre différent, comme lorsque Pape Gueye remplace Lirola. Mais la maîtrise, elle, est restée phocéenne. Il n'était pas question de verrouiller, de balancer en tribune pour geler le tableau d'affichage. Le milieu a joué, a fait circuler le ballon, la défense a relancé, en prenant des risques mais en cassant des lignes. De fait, le supporter de l'OM a pris énormément de plaisir pendant 90 minutes.

La dynamique est lancée

L'OM va devoir jouer dès jeudi à Moscou puis dimanche contre Rennes. Il va sûrement falloir faire un peu de turn-over, réintégrer un Gerson ou un De la Fuente. Mais c'est aussi en ça que cette victoire est marquante. Dans un rush de 7 matchs entre le 11 septembre et le 3 octobre, l'OM envoie un signal fort. Avec une grosse débauche d'énergie mais une grosse impression en terme de jeu. Même s'il y avait déjà un joli passif avec le succès obtenu contre les Verts, cette victoire, de par sa maîtrise, créé à elle seule une dynamique. Les joueurs en seraient presque à demander de partir dès maintenant en Russie tant l'envie d'enchaîner doit être grande. Chaque membre du groupe doit avoir envie de jouer au foot dans une équipe comme ça, de se régaler, car en plus à l'arrivée absolument tout le monde est mis en valeur. De quoi donc envisager une entrée en Europa League avec onze éléments la bave aux lèvres au coup d'envoi. Et des ressources puisque, même si c'était plaisant à voir, la fin de match a aussi permis de gérer. Sans parler de la jauge de confiance qui est au maximum après une victoire marquante... vraiment intéressant comme concept.