OM Actualités Foot de l’Olympique de Marseille
Saison

OM : ce que Di Meco reproche à Clément Turpin

Par la rédaction du Phocéen

Publié le 18/10/2022 à 18:00

OM : ce que Di Meco reproche à Clément TurpinOM : ce que Di Meco reproche à Clément Turpin

Le champion d'Europe 1993 est revenu sur l'arbitrage lors de ce PSG-OM dans Virage Marseille sur BFM Marseille Provence.

Après PSG-OM, l'arbitrage de Clément Turpin fait parler. Main de Mukiele dans sa surface non sifflée, tirage de maillot de Jonathan Clauss par Bernat non sifflée également, mais expulsion de Samuel Gigot sans la moindre hésitation, les interprétations de l'homme en noir ont laissé plus d'un spectateur circonspect. C'est également le cas d'Eric Di Meco, qui s'est épanché sur le sujet lors de l'émission Virage Marseille, que vous pouvez retrouver en intégralité ci-dessous. 

"On a le droit quand on est supporter d'être frustré parce qu'on compare avec ce qu'on a vécu. L'arbitrage n'est pas à notre avantage. Mais j'ai bien aimé la réaction de Tudor en conférence de presse, parce qu'à mon avis il sait ce qu'il s'est passé, il a les images, mais de dire "je n'ai pas vu", il n'insulte pas l'avenir, parce qu'il vaut mieux ne pas s'embrouiller avec Clément Turpin, commence l'ancien arrière gauche, pas fan du statut d'un des sifflets de la prochaine Coupe du monde. Turpin, j'ai quand même l'impression que c'est notre petite star des arbitres Ligue 1 et que la VAR ne va jamais contre lui car ce serait lui faire de l'ombre. Et je pense même que sa maman lui a caché la télécommande pour pas qu'il tombe sur Liverpool-Manchester City (1-0). Il aurait vu ce match, il aurait fait pipi au lit pendant une semaine. Parce que là il y avait des tacles de fou, ça aurait pu le traumatiser"

Pour autant, Di Meco sait rester objectif et reconnaît : "Quand on dominait la Ligue 1 voire l'Europe à l'époque, on avait aussi des décisions en notre faveur. Quand tu es reconnu comme étant le plus fort, tu as souvent des décisions dans ton sens. On l'a connu à notre avantage à un moment donné, on l'a à nos dépens aujourd'hui".