OM : Alvaro a-t-il raison de craquer dans la presse ?

Déçu par le choix de ses dirigeants au sujet de son avenir, Alvaro Gonzalez a livré sa frustration dans la presse espagnole. A-t-il eu raison ou tort ? Le Phocéen a interrogé un agent et l'entourage du club à ce sujet. A la fin de l'article, donnez votre avis.

Publié le 12/02/2022 à 12:00

Cadre de l'Olympique de Marseille il y a encore quelques mois, Alvaro Gonzalez est aujourd'hui relégué au rang de remplaçant du remplaçant en défense centrale. Alors que ses dirigeants auraient aimé qu'il quitte le club cet hiver, l'Espagnol a exprimé sa frustration dans la presse espagnole. A tort ou à raison ?

Prolongé par Longoria, Alvaro voit son statut s'effriter cette saison

Comme toute page qui se tourne, la mise à l'écart d'un joueur important du vestiaire et de l'équipe est toujours un cas épineux. Patron de la défense marseillaise sous André Villas-Boas puis lors de l'arrivée de Jorge Sampaoli il y a environ un an, Alvaro Gonzalez a progressivement été poussé sur le banc par son coach. Pire, son président, en bon gestionnaire, l'a même invité à quitter l'OM il y a quelques semaines en conférence de presse (voir en vidéo) alors que le mercato hivernal battait son plein. Une cruelle routine dans la vie d'un club ? Dans un sens oui, mais ce n'est pas aussi simple. Le problème, c'est qu'Alvaro a été prolongé à l'arrivée au poste de président de l'OM de Pablo Longoria. Autrement dit, les pages du nouvel OM s'écrivaient avec le défenseur espagnol et de préférence pour plusieurs années.

Au club, on s'étonne des propos du joueur

Dans l'opération rajeunissement de l'effectif opérée par le board olympien, Alvaro endossait le rôle du joueur expérimenté capable de guider les jeunes arrivants sur le chemin de la réussite. Exemplaire quand il a fallu différer son salaire pour permettre l'arrivée d'Amine Harit, Alvaro a toujours clamé son amour pour le club et n'a pas changé d'avis au bout de quelques matchs, quand il a disparu du onze de départ. Approché par nos soins cet hiver, l'Espagnol assurait ne pas souhaiter quitter l'OM et attendre la fin du mercato afin d'y voir plus clair. Dans l'entourage de l'OM, on nous explique ce matin que oui, la situation est épineuse : Alvaro est apprécié, il a l'OM dans la peau, mais toutes les parties savaient qu'il jouerait moins avec la concurrence à son poste, c'est le jeu. Toujours selon une source proche du club, l'agent d'Alvaro avait informé le board olympien en décembre que son joueur était triste de ne plus jouer et qu'il envisageait un départ. Ainsi, les dirigeants ont étudié avec Alvaro et son agent la possibilité de partir cet hiver afin de trouver plus de temps de jeu. Bordeaux, St-Etienne et un club espagnol étaient alors des pistes sérieuses. L'OM ne manquera certainement pas de demander à Alvaro des explications dans les jours à venir...

"Sampaoli a pu faire ses choix en recrutant des défenseurs centraux, par exemple, alors qu'il y en avait déjà. C'est quelque chose d'assez nouveau en France"

Autres précisions de la part d'un agent proche de l'OM, qui explique au Phocéen : "Alvaro ne trouvera pas ailleurs ce qu'il a déjà à Marseille. C'est un joueur qui a attendu d'approcher la trentaine pour gagner un gros salaire, on peut le comprendre. Cette mise à l'écart surprise, c'est quelque chose qu'on ne voit pas d'habitude en France, alors que c'est le cas en Angleterre. Là-bas, quand un nouveau coach arrive, il fait le tri entre les joueurs qu'il veut et ceux qu'il ne compte pas garder. D'habitude, en France, un coach arrive et fait avec ce qu'il a. Sampaoli a pu faire ses choix en recrutant des défenseurs centraux, par exemple, alors qu'il y en avait déjà. C'est quelque chose d'assez nouveau en France."

Voilà pour la douloureuse situation, qui commence par un choix sportif et évolue vers une question de gestion financière pour en arriver à ces propos dans la presse. Le joueur a-t-il eu raison, surtout après une défaite cinglante à Nice qui trouble la tranquillité du club ? Sa déception, rongée depuis de longs mois, justifie-t-elle de vouloir s'expliquer à ce point avec ses dirigeants en cours de saison par le biais médiatique ? Comme toute histoire d'amour qui bat de l'aile, chacun aura son opinion. A vous de donner la vôtre...