Lokomotiv 1-1 OM : ça va finir par payer !

Retour sur le match nul de l'OM sur la pelouse du Lokomotiv Moscou (1-1) en Europa League.

Publié le 17/09/2021 à 01:00

Il y avait déjà de quoi se projeter. Se dire qu'à ce rythme-là, la gestion coupe d'Europe - championnat allait être plutôt simple. Car non seulement l'OM était sur le point de prendre les trois points à l'extérieur lors de la première journée de phase de poule, parfait pour envisager la suite avec moins de matchs le couteau entre les dents, mais en plus, la physionomie de la rencontre était parfaite. Avec une possession outrageuse, une dernière demi-heure en supériorité numérique pour faire tourner. Le fameux décrassage avant l'heure. Avec ça, on reprend l'avion avec le sourire, et, c'est bien connu, une telle domination donne la patate, derrière, avec un moral au beau fixe, une récupération est plus rapide. Mais le football, c'est comme l'amour, rien n'est jamais acquis. A ne pas pouvoir/vouloir se mettre à l'abri, l'OM a encaissé une égalisation à la 87e. De quoi mettre tout ce qui s'est passé avant à la poubelle ? Certainement pas !


A lire sur le même sujet : les tops et les flops après Lokomotiv-OM (1-1)


Oui, ces trois points étaient là et en coupe d'Europe, il ne faut pas se faire prier pour les prendre, surtout dans une poule compliquée, surtout dans un format où chaque place finale offre un destin différent pour la suite de la saison. Mais il faut savoir voir plus loin. Avec une telle prestation, cet OM se renforce dans ses certitudes. Que ce soit défensivement, avec trois éléments qui savent se positionner haut, au milieu de terrain, où le quatuor Kamara-Rongier-Gerson-Guendouzi a fait étalage de sa science de la passe dans les petits périmètres et d'un pressing coordonné et même devant, où la confiance de Cengiz Ünder va aller crescendo avec cette action décisive qui lui amène, déjà, un quatrième but personnel. Quelques heures avant la rencontre, il était question de passer un vrai test contre une formation qui a joué la Ligue des champions les trois dernières saisons. A l'arrivée, l'OM a joué avec ses certitudes, comme s'il s'agissait d'un match de Ligue 1. Ce match, même s'il ne débouche que sur un point, permet d'aborder les cinq autres avec ambitions, ce qui n'aurait pas forcément été le cas avec une victoire obtenue à l'arrache, face à 50 occasions russes. 

Ne pas laisser la place au doute dimanche

C'est aussi possible de penser que ce but encaissé en fin de match va agir sur les consciences olympiennes pour la suite de la saison. Savoir se mettre à l'abri est un principe de base dans le football, dont tous ceux qui s'intéressent à ce sport connaissent la notion. Mais là, l'effectif aura en tête une illustration très concrète de ce qu'il peut se passer s'ils ne se montrent pas plus tueur. Car le reproche que l'on peut faire à cette équipe sur cette rencontre est bien là, et Jorge Sampaoli l'a bien notifié en conférence de presse d'après-match, comme vous pouvez le voir en vidéo : plus que sur la perte de balle de Cengiz Ünder ou sur le plongeon trop tardif de Pau Lopez sur la frappe croisée de Anjorin, c'est une concrétisation au tableau d'affichage qu'il faut apporter. Il faut mieux se servir de Konrad de la Fuente et de sa faculté à rentrer dans la surface. Mais cela va venir. Ce n'est que le sixième match de la saison. Aux joueurs de Sampaoli de se servir du jeu pratiqué ce soir pour aller chercher des points qui n'étaient pas sur la feuille de route initiale. Aux joueurs de Sampaoli, déjà, de puiser dans leurs regrets sur ce résultat pour ne laisser personne douter en offrant un succès net et sans bavure contre Rennes dimanche à un Vélodrome qui ne demande que ça.