Mercato OM : Nagatomo, l'option que l'on n'attendait pas

L'OM a trouvé son latéral gauche remplaçant avec le Japonais Yuto Nagatomo. Décryptage.

Publié le 31/08/2020 à 15:00

Il commençait à y avoir urgence, au point qu'André Villas-Boas répétait à intervalle régulier son empressement à recruter une doublure à Jordan Amavi au poste de latéral gauche. On a vu dimanche à Brest pourquoi l'urgence se justifiait, avec un premier carton jaune pour l'ex-Niçois qui ne sera sûrement pas le dernier. De plus, avec le calendrier démentiel qui attend l'OM dans les semaines à venir, il n'était pas envisageable de voir cet effectif avec un seul spécialiste du poste, AVB ne comptant pas sur Christopher Rocchia. C'est la raison pour laquelle l'OM s'est attaché les services de Yuto Nagatomo (33 ans), qui était libre de tout engagement depuis son départ de Galatasaray et s'engagera pour un an après avoir passé sa visite médicale ce lundi à La Commanderie. Une recrue surprenante pour plusieurs raisons, mais pas tant que ça finalement quand on se penche sur le cahier des charges.

AVB : "On cherchait un joueur d'expérience, qui pouvait aider le vestiaire sur l'aspect du leadership"

Tout d'abord, les sceptiques se rassureront en entendant les propos d'André Villas-Boas au sujet du japonais à l'issue de la victoire à Brest : "On a choisi cette option avec un vétéran (sic). On cherchait un joueur d'expérience, qui pouvait aider le vestiaire sur l'aspect du leadership. Il a fait douze matchs de Ligue des Champions en deux saisons et demie à Galatasaray. Il était capitaine du Japon. On n'a pas besoin de plus le présenter. Amavi restera le numéro 1 dans la hiérarchie. Et on va tout faire pour le prolonger enfin dans les conditions qui sont agréables pour les deux parties". Une description claire, qui démontre que Nagatomo est un choix du coach olympien, ou du moins partagé avec Pablo Longoria. Évidemment, l'âge (il aura 34 ans dans deux semaines) peut choquer ceux qui attendaient un latéral pouvant concurrencer Amavi, voire le remplacer. Mais, il faut garder à l'esprit que l'OM avait fait le choix clair de ne pas dépenser d'argent pour ce recrutement. AVB a d'ailleurs confirmé ce que vous disait Le Phocéen la semaine dernière en expliquant que la totalité de l'enveloppe était réservée pour recruter un attaquant d'avenir. Dès lors, il était compliqué d'associer gratuité et performances immédiates sur ce coup, et on peut estimer que Nagatomo est capable de le faire.

"Il faut se rappeler de sa première saison à Galatasaray. Il avait été énorme et était devenu le chouchou du public du stade Ali Sami Yen"

En fait, en dépit des réticences légitimes de nombreux supporters par rapport à l'âge, Yuto Nagatomo offre certaines garanties. Déjà, il était titulaire indiscutable à Galatasaray jusqu'en décembre dernier, où le club turc a choisi de l'ôter de ses listes pour faire de la place à d'autres recrues étrangères, sachant qu'il ne prolongerait pas. "Il conserve les qualités qui ont toujours été les siennes, explique au Phocéen le journaliste de Lucarne Opposée Nicolas Treuscor, avec une grosse endurance, de la vitesse et un bon placement défensif. Il n'a pas une qualité de centre exceptionnelle, vu que c'est un droitier qui joue à gauche, mais il compense par son activité et une mentalité irréprochable. Il est même assez boute-en-train dans un groupe". Une indication intéressante et qui rejoint celles de Villas-Boas sur ce que le Japonais est capable d'apporter au groupe. De plus, Nagatomo n'est pas du tout fini pour ceux qui l'ont vu jouer dernièrement. "Il faut se rappeler de sa première saison à Galatasaray, ajoute le spécialiste de la Süper Lig Atakan Anil. Il avait été énorme et était devenu le chouchou du public du stade Ali Sami Yen. Il n'a pas joué lors de la deuxième partie de cette saison parce que les dirigeants ont recruté Marcelo Saracchi et que Nagamtomo n'était que prêté, mais il est loin d'être cramé".

Il reste un leader incontesté de l'équipe nationale du Japon

Reste tout de même que Yuto Nagatomo n'a plus joué en compétition depuis fin décembre, même s'il était titulaire indiscutable jusque-là. La mini-trêve de quinze jours arrive donc à point nommé pour lui offrir une préparation améliorée. "Bosser pendant cette trêve va lui faire du bien, confirme Nicolas Treuscor. Mais au vu de son rôle de doublure, je ne me fais pas de soucis. D'autant qu'il est encore un pilier de la sélection avec qui il était encore appelé lors des derniers rassemblements". Au final, même si beaucoup auraient souhaité l'arrivée d'un élément plus jeune, celle de Nagatomo remplit tout de même les cases souhaitées par Villas-Boas. On peut ajouter que la présence de son coéquipier Hiroki Sakai chez les Blue Samourais réduira considérablement son temps d'adaptation. De toute façon, avec ses 122 sélections et ses 210 matches avec l'Inter Milan, son CV parle pour lui. On en reparlera donc après quelques matches...