Rongier raconte ses premiers pas avec l'OM

Valentin Rongier revient sur son premier match avec l'OM après la victoire face à Monaco 3-4.

Publié le 16/09/2019 à 01:31

L'OM a fait quelque chose d'exceptionnel ce soir ?

Valentin Rongier : "La physionomie du match est exceptionnelle. Après je pense qu'on s'est mis en difficulté un peu tout seuls quand on menait 4-2. On doit faire mieux pour ne pas se mettre le feu en fin de match, mais le plus important est là. Ce n'est pas évident de venir jouer ici, il y a beaucoup de qualité en face. On est quatrièmes, on est content."

Trois victoires consécutives, ça met du baume au coeur ?

V.R. : "Oui bien sûr, quand on enchaine les victoires, forcément la dynamique est bonne, il y a de la joie dans le groupe. Mais il ne faut pas s'enflammer; on sait très bien que tout va vite. C'est le début du championnat. Il y a encore beaucoup de chemin."

Il y avait des bonnes attaques ce soir, mais aussi des défenses fébriles ?

V.R. : "Oui, il y a eu sept buts, donc on peut dire ça. Après Monaco a très bien joué les contre-attaques. C'était leur plan et ça s'est vu. Ils nous ont laissé le ballon et le plus gros danger c'était sur nos pertes de balles, ce qu'ils ont très bien exploité en première période."

Sur ce que tu as vu ce soir, Benedetto a la trempe des grands attaquants ?

V.R. : "Bien sûr. Un attaquant, on lui demande de marquer des buts, ce soir il en marque encore deux, c'est bien, surtout pour sa confiance. Nous aussi on essaye au quotidien de lui donner cette confiance et je pense qu'il nous le rend très bien."

Tu t'attendais à jouer quasiment à domicile à Louis II ?

V.R. : "Non. Je sais que Monaco n'est pas la plus grosse ambiance de France, mais les supporters marseillais ont fait beaucoup de bruit."

Quelles sont tes premières sensations sous le maillot olympien ?

V.R. : "J'étais content de rentrer. Mais je l'ai fait quand on venait d'encaisser le troisième but, ce n'est jamais facile. Le coach m'a demandé de rester en place, de défendre. On a beaucoup subi sur cette fin de match, ce n'était pas évident."