Huard : "L'OM a plus d'arguments que Bordeaux"

Publié le 16/11/2017 à 07:00

A la fin des années 80, Gaëtan Huard est l'une des stars de l'OM et il reste encore aujourd'hui le gardien du doublé coupe-championnat de 1989 qui lancera la grande épopée olympienne de l'époque Tapie. En plus d'être un excellent gardien, il fut aussi le chouchou des supportrices marseillaises qui appréciaient son physique avantageux. Mais son ascension a été stoppée par une grave fracture de la jambe lors d'un match de C1 face au Levski Sofia l'année suivante. L'OM recrutera Pascal Olmeta, et une fois remis, "Guéguette" rejoindra Bordeaux dont il défendra les couleurs brillamment pendant six ans, avant de devenir l'un des consultants emblématiques de Canal + puis BeIN Sports.

Ce classique Bordeaux-OM, Gaëtan Huard le connait par coeur, et il attend avec impatience celui de dimanche qu'il vivra évidemment au Matmut Atlantique. Interview :

Toi qui as défendu les couleurs des deux clubs, à quel type de match t'attends-tu ?

Gaëtan Huard : "Il y aura beaucoup d'engagement, c'est sûr, notamment de la part des Bordelais qui traversent une très mauvaise passe actuellement. Il y a une grosse pression ici ces derniers jours, et le stade sera complet. Ils doivent non seulement relever la tête en Ligue 1, mais en plus battre un concurrent direct aux places européennes en fin de saison. Enfin, il y a aussi évidemment cette incroyable invincibilité à préserver à domicile face à l'OM"

Comment expliques-tu ce blocage marseillais à Bordeaux depuis 40 ans ?

G.H : "Je suis bien placé pour en parler, car je l'ai vécu des deux côtés. C'est une particularité qui remonte aux années 80 avec la guerre entre les deux présidents de l'époque Claude Bez et Bernard Tapie. Depuis cette époque, c'est devenu un rituel ici avec une grosse implication des supporters qui mettent la pression sur l'équipe à la veille du match. Quand il y a un objectif particulier, comme par exemple de ne pas prendre de but, les joueurs trouvent une motivation supplémentaire et ils en auront bien besoin dimanche"

Et côté marseillais, il y a une barrière psychologique ?

G.H : "Oui, ça peut jouer, mais ça devrait être aussi une motivation d'être l'équipe qui a mis fin à la série. Mais à Bordeaux, je connais très bien tous les coaches qui sont passés ici depuis des années, et aucun ne veut être celui qui tombera face à l'OM. Tout cela rend les choses très compliquées pour l'OM"

Comment expliques-tu la très mauvaise passe des Girondins, qui ne gagnent plus un match depuis un mois et demi ?

G.H : "Ils étaient sur une dynamique très forte en fin de saison dernière et au début de celle-ci en étant invaincus depuis 17 journées, et ils se sont écroulés face au PSG (6-2) fin septembre. Depuis ils traversent cette série noire, ce qui n'est pas vraiment étonnant, car Bordeaux a toujours du mal en cette période. De plus, ils sont dans une Malcom dépendance, et le Brésilien est beaucoup moins bien actuellement. La venue de l'OM peut leur permettre de repartir dans le bon sens, ou de s'écrouler. On va voir..."

Justement, tu es impressionné par la dynamique de l'OM en ce moment ?

G.H : "Oui, ils ont à mon avis plus d'arguments sur le terrain que Bordeaux. Ils sont beaucoup plus solides depuis qu'ils ont pris leurs marques, et leur effectif est largement supérieur, même si Luiz Gustavo va leur manquer. Bordeaux devra être à fond pour faire un résultat"

Comme beaucoup de supporters bordelais, tu crains que la série s'arrête dimanche ?

G.H : "Pour être franc, je serais très satisfait d'un 0-0, car ce sont mes deux clubs de coeur et cela voudrait dire que les deux gardiens ont été bons. Un bon 0-0 me contentera amplement !"

Justement, dans le match entre Mandanda et Costil, qui est au-dessus selon toi ?

G.H : "Ils sont tous les deux internationaux, et je suis content de revoir Steve au plus haut niveau. De son côté, Benoît prend ses marques et fait de bons matches. Ils apportent tous les deux une valeur ajoutée à leur équipe".