OM Actualités Foot de l’Olympique de Marseille
Gattuso : "Je suis très fâché"
InterviewPublié le 11/12 à 00:47

Gattuso : "Je suis très fâché"

Gennaro Gattuso revient sur la victoire de l'OM à Lorient (2-4). Retrouvez ici l'intégralité de ses propos d'après-match.

Qu'avez-vous pensé de votre match, vous aviez l'air énervé ?

Gennaro Gattuso : "Non, je suis content de la victoire et de comment on a commencé le match. On a vu une grande équipe en première mi-temps, mais on a été comme à Strasbourg en deuxième mi-temps. Je ne suis pas satisfait de la seconde mi-temps qu'on a faite. Vous le savez, il faut maîtriser ses matchs et c'est devenu un vice un petit peu pour nous. J'ai l'impression d'avoir revécu un peu la deuxième période de Strasbourg ce soir. Donc je me répète, je suis très heureux de la victoire, mais très fâché de notre deuxième période."

On imagine qu'à la mi-temps vous avez dû leur dire que ce n'était pas terminé...

G.G. : "C'est pour ça que je suis remonté. Je leur ai dit à la mi-temps de faire attention, de continuer. On a revu des images après le match et on a remarqué qu'il y avait un peu d'égoïsme, moins d'efforts. C'est là où on a pêché. C'est à moi de régler ça, c'est à moi de trouver les solutions. Je dois rentrer dans les têtes de ces garçons et on va voir si j'y arrive. Je pense que si on veut arriver où on souhaite arriver, si on veut se donner les moyens, les capacités d'y arriver, il faut prendre conscience qu'un match ça ne dure pas seulement 45 minutes, ça dure 95 minutes. Donc je prends ça pour moi et on va maintenant essayer de régler ça."

Même avant le but de Lorient, vous sembliez déjà énervé... Vous redoutiez le retour de vos adversaires ?

G.G. : "Oui, c'est déjà arrivé à Strasbourg, contre l'AEK Athènes. Ce genre de scénario... il faut garder cette forme de continuité, je connais mes joueurs, je sais où ils peuvent pêcher parfois. Il faut se parler, rester compacts, garder cette forme d'équilibre parce que dans le football, on ne peut pas rigoler, on ne peut pas se reposer sur nos lauriers. Il faut rester sérieux. Et il y a les dieux du foot, je crois, aux dieux du foot. Et je pense que rien que pour ça, il faut rester sérieux, garder l'équilibre."

Aubameyang est en pleine forme, c'est presque incroyable qu'en pensez-vous ?

G.G. : "C'est peut-être incroyable pour vous, mais pas pour moi. Je le vois au quotidien, il travaille énormément et en récolte les fruits. C'est un vrai pro, un travailleur. Il donne beaucoup et est très apprécié par ses coéquipiers. Vous savez, dans ma carrière, et même en tant qu'entraîneur, j'ai croisé beaucoup de joueurs, j'en ai vu énormément, mais je peux vous dire que Pierre-Emerick, c'est un vrai professionnel, quelqu'un de sérieux, quelqu'un d'appliqué. À 34-35 ans, si vous voulez rester en bonne forme, il faut travailler la force qu'on peut avoir dans les jambes. Et je crois aujourd'hui qu'il bénéficie de son travail, tout simplement. Je lui avais dit que son moment arriverait et le moment est arrivé. On est en train de voir le vrai Pierre-Emerick. Et je pense qu'il ne pouvait pas en être autrement."

Avez-vous l'impression d'avoir trouvé le bon système et qu'est-ce qui vous a plu dans le match ?

G.G. : "Oui, c'est vrai qu'il y a eu de bonnes choses dans la première période, j'ai déjà eu l'occasion de le dire, mais c'est aussi vrai que la deuxième période laisse à désirer, trop de choses qui laissent à désirer malheureusement. Oui, on a travaillé, on a travaillé à la vidéo, on voit qu'on peut en tirer les bénéfices, on l'a constaté ce soir, une équipe beaucoup plus compacte. Donc oui, on a fait de bonnes choses, mais je suis sincère, je reste vraiment sur cette deuxième période qui reste bien ancrée dans mon esprit donc je pense qu'on peut mieux faire."