OM Actualités Foot de l’Olympique de Marseille
Gasset : "Le déclic de notre saison"
InterviewPublié le 24/02 à 17:36

Gasset : "Le déclic de notre saison"

En conférence de presse, Jean Louis-Gasset est revenu sur la rencontre face à Montpellier prévue ce dimanche à 20h45.

Vous évoquiez le match de jeudi avec quelques craintes par rapport à l'état mental du groupe. Est-ce que cette victoire finalement va vous servir aussi pour remettre un peu les têtes à l'endroit en championnat et donc des dimanches à Montpellier ?

Jean-Louis Gasset : "Nous nous sommes pratiquement pas entraînés et vous essayez de rassurer tout le monde. Vous ne savez pas si vous avez fait bingo sur tous les joueurs et le début de match a été quand même significatif. Nous étions crispés, tendus, nous attendions un déclic et le déclic a peut-être été le penalty contre nous, à mon avis injuste, injuste parce que la faute était petite, j'ai trouvé. C'est peut-être le déclic de la saison, parce que les supporters sont restés avec nous, nous avons senti l'injustice, les joueurs se sont révoltés et nous sommes partis, nous avons marqué 3 buts. C'est peut-être le déclic."

Le fait d'être français, est-ce que ça fluidifie les échanges par rapport à l'entraînement, est-ce qu'il y a une doctrine à la française, quelque chose de plus convivial par rapport aux joueurs ?

Jean-Louis Gasset : "C'est plus la connaissance des joueurs qui fait que ça a été plus rapide. Ce sont des joueurs que je connaissais, où on a des amis communs, donc on a des sujets de discussion. Donc quand vous avez des sujets de discussion avec vos joueurs, ça détend. Eux ça les détend parce qu'ils disent, on parle d'amis communs et après on parle d'ambiance du groupe, de mentalité. Moi j'ai retrouvé un groupe qui était quand même dans le doute, qui appréhendait un peu ce match de jeudi, parce que c'était un match couperet. Il fallait les persuader qu'on allait renverser la vapeur mais le mental faisait beaucoup."

Sur le plan technique, vous avez dit qu'il y avait un gros travail à faire. Je voulais savoir concrètement, déjà, comment vous trouvez le niveau technique de votre équipe et sur quoi il faut travailler sur cet aspect précis du jeu?

Jean-Louis Gasset : "Le premier remède depuis... ça fait quoi? 4-5 jours? Jusqu'ici? C'était le mental. C'est le mental, faire comprendre à des gens que le minimum syndical, c'était l'investissement, et c'était l'agressivité, la récupération. On a essayé de mettre en place une tactique assez simple, pour ne pas avoir de faute technique au milieu et mettre le doute dans l'équipe adverse. Je voulais leur faciliter le travail, qu'ils n'aient pas le souci de sortir le ballon. Après, si on a cet état d'esprit, si on a cette combativité, si on a cette agressivité. Bien sûr qu'en y rajoutant de la confiance grâce à de bons résultats, on va parvenir à un meilleur football et un meilleur jeu."

Pour revenir sur le match de demain, vous insistez beaucoup sur l'état d'esprit, sur le mental. C'est normal, vous n'avez pas eu beaucoup de temps pour préparer, mais Pierre-Emerick Aubameyang nous a dit que vous aviez insisté sur le plan de jeu à faire des choses plus simples. À quoi voulez-vous que cette équipe ressemble sur le terrain, sur le plan tactique, sur le plan du jeu ?

Jean-Louis Gasset : "Déjà, qu'elle retrouve confiance, parce que sans confiance, vous ne pouvez pas jouer. Donc, il fallait repartir à zéro. Je leur ai dit à tous, tout ce que vous faites c'est insuffisant. On ne va pas dire qu'on va jouer comme tel ou tel autre, non, montez juste d'un cran votre niveau chacun, ayez la mentalité, mémorisez les grands matchs que vous avez faits, approchez-vous de ce niveau-là. Et si on a la chance de passer jeudi, on va commencer notre remontada. Et ils l'ont fait. Ils l'ont fait parce qu'au niveau de l'état d'esprit, au niveau du mental, ce sont des gens qui n'ont jamais abandonné. Donc, ça c'est un premier point. Après, techniquement, bien sûr que je préfère quand mon équipe joue bien au ballon, sort le ballon derrière, fait des décalages, bien sûr. Mais ce n'était pas le thème du premier match. Le premier match, il fallait qu'on montre à ce public qu'on était des combattants. Des combattants et qu'on allait tout faire pour réussir. C'était l'objectif et on l'a bien réussi."