OM : la cohabitation Mandanda - Pau Lopez peut-elle poser problème ?

Jorge Sampaoli tenait à recruter un "numéro un bis" pour garder les cages de l'OM. Bonne idée ou source de problèmes ?

Publié le 17/07/2021 à 01:00

Alors que la hiérarchie au poste de gardien a toujours été une règle dans le football de haut niveau, de plus en plus de clubs optent pour la concurrence depuis quelques saisons. Cet été encore plus, puisque quatre des plus gros clubs français s'y sont mis. Paris avec un explosif duo Navas-Donnarumma, Monaco avec Lecomte et Nübel, Lyon avec Lopes et (peut-être) Onana, et enfin l'OM qui a décidé de recruter l'international espagnol de la Roma Pau Lopez, alors qu'il possède un monument avec Steve Mandanda. L'assurance de pouvoir compter sur un portier de niveau équivalent en cas de coup dur, mais aussi, pour beaucoup, le danger de déstabiliser un équilibre fragile et de griller les principaux intéressés.

"Imaginez que le gars entre à chaque fois sur le terrain en se disant qu'il va sauter s'il commet une bourde. C'est invivable pour un gardien"

Bien sûr, ce choix n'implique pas forcément de voir l'un des deux rester sur le banc toute la saison, puisqu'en général, les clubs concernés font tourner avec un gardien pour le championnat et l'autre pour les coupes (nationales et européennes). Mais, en ce qui concerne l'OM, les matches à venir vont devoir lever une ambigüité en définissant les rôles. Car, pour l'instant, ni Sampaoli ni Longoria n'ont donné de précision sur une quelconque hiérarchie. "Partout où je suis passé, la hiérarchie était très claire et c'était mieux pour tout le monde, explique au Phocéen l'ancien gardien de l'OM Jérémy Gavanon. Il faut un numéro un et un numéro deux, ensuite c'est le terrain qui parle. Si, au cours de la saison, il y a une baisse de performances, les cartes peuvent être redistribuées. Mais, il faut que ce soit défini, ne serait-ce que pour la confiance. Il n'y a qu'à voir ce qu'il s'est passé à Paris pendant des années avec Sirigu, Trapp, Areola... le poste est devenu un problème et ils ont tous été grillés. Imaginez que le gars entre à chaque fois sur le terrain en se disant qu'il va sauter s'il commet une bourde. C'est invivable pour un gardien".

"On peut se demander pourquoi Pau Lopez a accepté de venir en sachant qu'il ne serait pas le titulaire. Il est possible qu'il ait des garanties"

Une situation qui devra donc être clarifiée avant le début de la compétition, et même très rapidement. Car, au-delà de la confiance nécessaire à ce poste, se pose aussi la question technique, voire tactique, d'un poste connecté avec le reste de l'équipe. "Une nouvelle charnière va être mise en place, donc les automatismes seront très importants, explique l'ancien attaquant olympien Marc Libbra. Ce n'est pas en alternant au poste de gardien que ça marchera. On peut le faire au milieu ou devant, en mettant Rongier ou Gueye, en mettant Konrad ou Luis Henrique, mais pas dans les cages. Là, il faut un numéro un, ne serait-ce que pour la connexion avec les défenseurs centraux". Un Libbra qui, pour l'instant, milite clairement pour le maintien de la confiance au titulaire historique : "Aujourd'hui, pour moi, Mandanda est au-dessus de Lopez. Dans le sens où Steve fait ses preuves depuis des années, alors que l'Espagnol est un peu trimbalé depuis quelques saisons. Il arrive, doit découvrir un nouveau club, de nouveaux coéquipiers et de nouvelles méthodes d'entraînement. Donc, pour moi, il n'y a pas de concurrence dans l'immédiat". Même chose pour Jérémy Gavanon, même si ce dernier n'écarte pas la possibilité d'une surprise dès le début de la saison : "Pour moi, Steve sera numéro un, mais il est vrai qu'on peut se demander pourquoi Pau Lopez a accepté de venir en sachant qu'il ne serait pas le titulaire. Il est possible qu'il ait des garanties". Seul Sampaoli détient la réponse, et on saura très vite...