OM : la Champions League, la bouffée d’oxygène attendue

Avec une qualification assurée pour la prochaine C1, l'OM va bénéficier d'une bonne bouffée d'oxygène. Suffisant ?

Publié le 02/05/2020 à 01:00

C'est désormais officiel, l'OM jouera la Champions League la saison prochaine, sept ans après avoir joué son dernier match dans la reine des compétitions européennes. L'assurance de disputer au minimum six matches de phase de groupe et, donc, d'empocher les gains qui vont avec. À titre de comparaison, cette saison, le PSG (5 victoires, 1 nul) avait obtenu 40 M€, Lyon (2v, 2n) et Lille (1n) 16 M€. Des sommes réparties sur plusieurs critères et qui laisse présager de beaux revenus pour l'OM, d'autant qu'il n'y a pas que les primes de l'UEFA. De quoi présager une belle éclaircie pour un OM en proie à une grave crise économique ? Certainement, mais il ne faut pas s'enflammer non plus.

Des primes de participation, mais aussi la billetterie du Vélodrome et les contrats sponsoring

Ainsi, les plus optimistes estiment que le club olympien pourrait toucher jusqu'à 60 M€, mais la réalité devrait sans doute être en dessous, comme l'explique au Phocéen Vincent Chaudel, économiste du sport de L'Observatoire du Sport Business : "On évoque des chiffres de 50 ou 60 M€, mais il convient d'être plus prudent. Si on se base sur les chiffres de la saison dernière, les gains assurés pour une participation à la phase de groupes sont d'environ 15 M€ pour la seule présence, et 900 000 euros par point engrangé (ce qui peut donc représenter un maximum de 16 M€ avec six victoires). Ensuite, il y a le "market pool" en fonction des droits TV nationaux, et qui continue de tomber en cas de qualification pour les 8es de finale. Pour l'OM, on peut donc tabler sur une somme entre 20 et 30 M€ de la part de l'UEFA". De quoi combler dans de belles proportions un déficit qui flirte avec les 100 M€, d'autant que le club va encaisser d'autres recettes en plus des dotations UEFA. "La billetterie est aussi une grosse source de revenus, explique Vincent Chaudel, surtout dans l'optique d'un Vélodrome à guichets fermés sur les trois matches de poule. Cela dépend évidemment du casting, mais ça peut représenter quelque chose comme 3 M€ par rencontre. Enfin, même si on ne connait pas la teneur des clauses à l'intérieur des contrats, on peut imaginer que Puma et Uber Eats vont augmenter leur dotation grâce à cette exposition européenne. Là encore, cela peut représenter plusieurs millions d'euros. Sur la globalité, on peut donc estimer que cette qualification en Champions League peut rapporter à l'OM un minimum de 45 M€".

"Avec deux ou trois belles ventes et l'apport financier de la Champions League, le club va bénéficier d'une vraie bouffée d'oxygène"

Des chiffres qui vont, sans doute, redonner le sourire aux dirigeants olympiens, même s'il ne faudra pas compter sur cette manne pour rêver d'un mercato XXL. Au contraire, ces rentrées d'argent seront consacrées à faire rentrer l'OM dans les clous, à commencer par ceux du fair-play financier. Jeudi, L'Équipe expliquait que le club restait sous haute surveillance et qu'il n'était d'ailleurs pas absolument certain que l'instance de l'UEFA le laisse disputer la C1. Un scénario catastrophe qui semble tout de même peu probable, compte tenu de la crise actuelle. C'est ce que pense Vincent Chaudel : "Cette crise sanitaire, paradoxalement, va donner un coup de pouce à l'OM puisque le fair-play financier va desserrer son étau cette saison pour limiter la casse économique, au même titre que les mesures gouvernementales vis-à-vis des entreprises. Cela n'empêche pas que l'OM va devoir vendre des joueurs et se montrer très raisonnable dans son recrutement. Mais, avec deux ou trois belles ventes et l'apport financier de la Champions League, le club va bénéficier d'une vraie bouffée d'oxygène". Autrement dit, on est encore loin d'un OM open-bar, mais c'est déjà beaucoup.