OM-City : trouver l'engouement malgré tout

L'OM va recevoir un grand d'Europe en Champions League dans un triste anonymat. Edito.

Publié le 26/10/2020 à 15:00

Qu'est-ce qui fait la renommée de l'OM et est à l'origine de la passion des Marseillais pour leur club ? Les titres, bien sûr, la passion méridionale pour le ballon rond aussi, mais surtout cette atmosphère incomparable dans la ville lors des jours qui précèdent un grand choc européen. Un mythe qui a commencé en octobre 1971 avec la réception du grand Ajax de Johan Cruyff et qui a connu son apogée dans les années Tapie, lorsque Marseille se drapait de Ciel-et-Blanc plusieurs jours avant le coup d'envoi d'un OM-Benfica ou d'un OM-Milan. Ce frisson incomparable qui envahissait les bistrots, les cours d'écoles, les commissariats où les machines à café des bureaux. On vivait OM, on mangeait OM, on rêvait OM, et le reste n'avait aucune importance. Plus tard, même la petite soeur de C3 nous replongeait dans l'ambiance au fil des tours passés, car l'Europe et l'OM, c'est plus que du football, c'est inscrit dans nos gènes.

Cette affiche devrait faire trembler la Bonne Mère sur ses bases. Le temps devrait être déjà suspendu depuis plusieurs jours, et nous avec

Alors, que dire de la réception de Manchester City ce mardi soir, dans la reine des compétitions européennes ? Ce géant du foot mondial, avec ses stars planétaires coachées par le "dieu" Guardiola. Cette affiche devrait faire trembler la Bonne Mère sur ses bases. Le temps devrait être déjà suspendu depuis plusieurs jours, et nous avec. En effet, si l'OM a reçu le gratin européen depuis des décennies, il y a longtemps que nous n'avons pas accueilli de tels monstres. Sauf que la crise sanitaire balaye un par un tous nos petits plaisirs de la vie. La virée shopping du samedi rue Saint-Fé, l'apéro sur les terrasses du Cours-Ju, la pizza du Panier, et même le diner en famille qui se prolonge en mode Talk Show avec le papi, les cousins ou le voisin de palier. C'est la même chose pour cet OM-City que nous regarderons à la télé, à condition de posséder les abonnements adéquats, et pas dans la fusion d'un Vélodrome plein à craquer, ni même aux Madets avec René.

Pas d'odeur de fumis ou du Grec en face du Vel', pas de cortège de Boosters en roue arrière dans les contre-allées de Michelet...

Nous le regarderons sagement vautrés dans nos canapés, vibrerons éventuellement, car on ne sait jamais, jetterons un oeil aux débats télévisés qui suivront, puis nous irons nous coucher en attendant le prochain match à huis clos. Le Phocéen vous proposera à nouveau de le vivre ensemble sur Twitch, pour limiter les dégâts, et on espère nous y retrouver nombreux encore une fois, pour partager ensemble. C'est mieux que rien, c'est fait avec sincérité, cela brise notre sentiment de solitude face aux matchs qui se déroulent sous nos yeux. Cela ne remplace pas le Vel' évidemment. Pas d'odeur de fumis ou du Grec en face du stade, pas de cortège de Boosters en roue arrière dans les contre-allées de Michelet, pas d'embouteillages sur l'autoroute Nord... rien de tout ça. Ce sera un match à la télé, à peine relevé d'une bande-son d'encouragements pipeaux. C'est le football d'aujourd'hui, contexte oblige. Alors, il sera interessant d'observer le duel tactique entre AVB et Guardiola, les performances de nos joueurs face aux cadors citizens, mais, évidemment, il manquera un grand quelque chose : l'euphorie du peuple marseillais, qui a toujours su rendre ces affiches inoubliables.