Olympiakos-OM : autopsie d'un échec

L'OM a été loin du compte pour son retour en Champions League.

Publié le 22/10/2020 à 12:00

Près de sept ans que l'on attendait ça, même si le contexte de crise sanitaire atténuait un peu cette chaleur si particulière d'une soirée de Champions league. Pourtant, hormis le triste silence du stade Karaiskaki, tout était réuni pour faire de cet Olympiakos-OM (1-0) une soirée comme on les aime, avec un adversaire de qualité mais à notre portée, et un OM qui venait de se relancer quatre jours plus tôt en championnat face à Bordeaux. Un OM certes poussif depuis le début de la saison, mais dont cette victoire face aux Girondins laissait penser que le plus dur était derrière nous, avec un état d'esprit irréprochable et une jolie première de Michaël Cuisance. Malheureusement, un coup de patte de Valbuena dans les arrêts de jeu et une performance globale inquiétante nous renvoient à nos questionnements.

Il faudrait être aveugle pour ne pas constater que Dimitri Payet ne parvient toujours pas à lâcher la caravane qu'il tracte depuis le début de la saison

Pourtant, pour balayer rapidement les points positifs, cet OM ne donne pas l'impression de lâcher. Un peu comme face au PSG (1-0), ou même face à Lille (1-1), Metz (1-1) ou Lyon (1-1), on continue de penser que l'état d'esprit et l'engagement collectif sont toujours là. Pour combien de temps ? On ne le sait pas, mais en dépit de prestations souvent insipides, les joueurs donnent toujours cette impression d'en vouloir. Sauf qu'entre vouloir et pouvoir, il y a un gouffre qu'ils ne parviennent pas à franchir. Pourquoi ? Parce que plusieurs individualités ne sont pas du tout au niveau, et cela devient inquiétant. Un décalage illustré en premier lieu par Dimitri Payet, fer de lance technique de l'équipe tellement émoussé qu'il ne pique plus personne, si ce n'est notre humeur. Sans vouloir lui faire porter tout seul le poids de cette défaite sur le dos, il faudrait être aveugle pour ne pas constater que le Réunionnais ne parvient toujours pas à lâcher la caravane qu'il tracte depuis le début de la saison. Une image qui renvoie évidemment aux polémiques sur son poids de forme, dont il semble encore très éloigné. Certains diront qu'il est facile, voire déplacé, de s'acharner sur ce sujet, mais la vraie question est de savoir si Payet est en état de jouer un match de haut niveau actuellement, et la réponse est non.

On ne parle pas de kilos en trop pour Benedetto, mais il semble pourtant en porter des centaines sur ses épaules

Si cela peut le rassurer, il n'est pas le seul. On pense évidemment à Dario Benedetto, qui erre comme une âme en peine sur les terrains depuis deux mois. On ne parle pas de kilos en trop pour lui, mais il semble pourtant en porter des centaines sur ses épaules. Ses tracas physiques récurrents (cheville, mollets) en sont peut-être la cause, même si on opte plutôt pour une grosse crise de confiance le concernant. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'est pas en état de jouer lui non plus, au point de penser qu'un Germain, tout Germain qu'il est, ferait largement plus l'affaire. En fait, pour ne pas faire de jaloux, c'est une bonne moitié d'équipe que l'on peut remettre en question. Si l'on excepte Mandanda et une bonne partie de la défense, il n'y a pas grand-chose à garder en ce moment. Bien sûr, Pape Gueye est à féliciter pour sa première à ce niveau, mais quid des Thauvin, Rongier, Sanson ? Si Villas-Boas se décide enfin à bouleverser ses certitudes, tous ont du souci à se faire.

Les choix de Villas-Boas peuvent aussi interroger...

André Villas-Boas qui, justement, doit aussi se poser les bonnes questions. Lui qui comptait certainement sur ses lieutenants habituels pour cette entrée en matière si importante peut se demander ce matin s'il n'a pas composé son équipe à l'envers, un peu à la manière d'un Thomas Tuchel la veille avec le PSG. A-t-il fait les meilleurs choix tactiques et individuels ? Le résultat et le contenu prouvent le contraire. Reste à savoir s'il a suffisamment de solutions pour y remédier, ce qui n'est pas évident non plus. La seule chose qui l'est, c'est que les joueurs concernés ont intérêt à se bouger pour retrouver rapidement leur niveau, sous peine de grosses déconvenues...