Thauvin : faut-il vraiment s'inquiéter ?

Des nouvelles alarmantes circulent sur l'état de la cheville de Florian Thauvin.

Publié le 04/02/2020 à 12:00

Alors qu'il y a quelques jours, André Villas-Boas avouait que les nouvelles n'étaient pas très bonnes concernant la cheville de Florian Thauvin (voir la vidéo), on apprenait que son retour à la compétition pourrait être encore différé à début mars, et plus à mi-février comme annoncé un peu plus tôt. En fait, son chirurgien (l'anglais James Calder) souhaite ne pas brusquer les choses et poursuivre les courses sur tapis encore un peu avant de retrouver les pelouses. Depuis, on entend des rumeurs sur d'éventuelles complications concernant l'état de la cheville de l'ailier olympien, comme lundi soir sur Canal + où un médecin évoquait une arthrose et même des problèmes au talon. De quoi énerver copieusement son agent Jean-Pierre Bernès, qui repousse en bloc ces spéculations autour de son joueur. Il annonce "une cheville en parfait état" et un accord du chirurgien pour un retour à la course sur le terrain.

Les exemples inquiétants de Nicolas Nkoulou, Julien Rodriguez, voire Florian Maurice...

Ceci dit, les polémiques autour de la cheville de Thauvin ne datent pas d'hier. On se souvient que l'été dernier, le staff médical ne souhaitait pas lui faire subir d'opération avant que le joueur lui-même n'opte pour cette intervention en Angleterre en septembre. Avant cela, les médecins olympiens avaient choisi de procéder à deux injections de PRP (plasma riche en plaquettes) afin d'accélérer le processus de guérison. Une méthode expliquée au Phocéen par l'ancien médecin de l'OM Emmanuel Prou : "On prélève du sang du joueur et on le centrifuge pour séparer les plaquettes du reste. Ce plasma est très riche et il est censé contenir des facteurs de croissance afin de faciliter la régénération des tissus. On utilise ces techniques en réinjectant ce PRP dans l'articulation pour réparer les cellules abimées et accélérer ainsi la guérison". Un traitement visant à réparer de manière passive le cartilage, et c'est justement ce problème-là qui soulève les inquiétudes, car un cartilage usé n'est jamais bon signe. On se souvient, par exemple, des douleurs aux genoux récurrentes de Nicolas Nkoulou qui ont conduit le Camerounais à manquer de nombreux matches depuis plusieurs saisons. Plus loin, il y avait le cas encore plus grave de l'ancien défenseur monégasque et olympien Julien Rodriguez, lui aussi touché aux cartilages d'une cheville et qui ne jouera que très peu de matches en deux ans et demi de contrat avec l'OM avant de mettre un terme à sa carrière. Enfin, il y a aussi l'exemple de Florian Maurice au début des années 2000, qui ne retrouvera jamais son niveau suite à des blessures du même type. Mais, si les problèmes de cartilages restent préoccupants pour les sportifs de haut niveau, il faut savoir que la médecine ne cesse de progresser ces dernières années, et que les cas évoqués plus haut remontent à loin.

Le cas de Thauvin est différent, et la médecine a largement progressé à ce niveau...

Des progrès dont a évidemment profité Florian Thauvin. L'arthroscopie du cartilage de la cheville droite réalisée par James Calder en septembre dernier va d'ailleurs dans ce sens, et si les délais sont longs, elle s'avère être une intervention fnalement assez légère. "Il s'agit d'éviter d'ouvrir l'articulation en faisant un ou plusieurs petits trous pour y faire passer une caméra et des outils pour réparer, explique le docteur Prou. Il y a plusieurs interventions de ce type, mais il s'agit généralement de nettoyer le cartilage touché et le réparer. C'est très courant pour intervenir sur un ménisque, par exemple, et ce n'est pas une opération très traumatisante". Voilà pourquoi il faut balayer les rumeurs alarmantes autour du cas du champion du monde, qui ne fait rien d'autre que mettre toutes les chances de son côté en prenant le temps de soigner définitivement sa cheville. Mieux vaut patienter et retrouver un Flotov en pleine forme que de prendre le risque de rechuter en voulant accélérer son retour à tout prix. Le reste n'est que spéculation...