Radonjic, déclic ou des claques ?

Nemanja Radonjic a montré tout ce qu'il savait faire lors d'une deuxième mi-temps de bonne facture à Amiens. Mais avant cela, il avait été catastrophique en première période, ratant tout ce qu'il était possible de rater. Faut-il rester sur la bonne impression laissée, pour une fois, par l'international serbe ?

Publié le 06/10/2019 à 11:30

Des claques !

Depuis son arrivée à l'OM, Nemanja Radonjic n'a inscrit aucun but et n'a fait qu'une passe décisive, mais qui n'était qu'une transmission pour un but que Payet s'est fait tout seul. A part ça rien. Et dans le jeu ? C'est tout aussi mauvais avec des ballons perdus, des contrôles ratés et même des buts offerts comme celui pour Francfort lors de son premier match au Vélodrome. Sa vitesse, vendue comme une qualité énorme chez lui, lui a permis de se créer quelques occasions et n'a jamais été décisive, pas plus que ses dribbles. Lors de sa présentation au mois d'août 2018, Andoni Zubizarreta évoquait le rôle majeur qu'était amené à jouer Radonjic à l'OM : "Radonjic est un joueur dont on aura besoin dans la saison. On aura beaucoup de matchs. Ce n'est pas seulement un investissement pour le futur. Dans le football, le futur c'est hier ! On travaille dans le présent".

Depuis son arrivée, Radonjic a été noté 13 fois sur Le Phocéen (il a donc joué 13 fois plus de 30 minutes dans un match marseillais). Il n'a obtenu la moyenne qu'une fois. C'était en janvier dernier contre Lille (6,2/10), où il avait inscrit un but refusé et s'était montré correct. Il avait même été élu Phocéen du match. A part ça, il avait eu un 4,9/10 à Nice la saison dernière, récompense pour un match défensif intéressant de sa part. Et enfin, il y a eu ce 4,8/10 contre Amiens. Sinon rien.


Sur le même sujet : "Radonjic est un joueur chaotique et désordonné"


Déclic ?

Au retour des vestiaires à Amiens, c'était presque surprenant de voir encore Radonjic sur le pré tant son match avait été un échec jusque là. Pourtant, son second acte a été tout sauf mauvais. Disponible, il y a perdu très peu de ballons, a créé du jeu, a passé plusieurs fois son adversaire direct (Calabresi) avec des dribbles bien sentis. Il a délivré un très bon centre pour Morgan Sanson et placé une jolie frappe à la 87e minute repoussée par Gurtner. Si évidemment on attend plus de sa part, il s'est peut-être passé quelque chose pour lui dans les vestiaires du Stade de la Licorne. Avant ce match, il était clair qu'il n'était une roue de secours pour André Villas-Boas, qui lui avait par exemple préféré plusieurs fois Bouna Sarr ou Valère Germain sur les ailes. Mais après cette partie, le technicien portugais a salué la prestation de son jeune ailier gauche : "C'est vrai que parfois la créativité de Payet nous manque pour trouver les dernières passes et les buts, mais aujourd'hui on a eu un grand match de Radonjic et ça c'est bon, ça donne des options". A lui de poursuivre sur sa lancée et d'être enfin décisif, à la hauteur des attentes placées en lui et du prix de son transfert, supérieur à 10 millions d'euros.