Pourquoi Kamara s'en sort mieux au milieu

Repositionné un cran plus haut, le jeune Marseillais a sorti un gros match face à Lille.

Publié le 05/11/2019 à 01:00

À chaque semaine son feuilleton à l'OM, et c'est aussi pour ça qu'on s'y intéresse. Après le débat sur le manque d'intensité et d'engagement suite aux matches désastreux face à Paris et Monaco, on a enchaîné derrière avec celui du repositionnement de Bouba Kamara au milieu. Un débat déclenché par deux facteurs : les dernières performances inquiétantes du jeune Marseillais en défense centrale face aux attaquants parisiens et monégasques, mais aussi le niveau affiché par Kevin Strootman au poste de sentinelle, comme si le Néerlandais approchait de sa date limite de péremption. Du coup, André Villas-Boas s'est posé les mêmes questions et a donc fait monter d'un cran son jeune défenseur avec le succès que l'on sait face à Lille samedi (2-1).

"C'est bien ce qu'il a fait, d'autant que Villas-Boas avait vraiment besoin de changer quelque chose dans ce secteur"

Si Bouba Kamara lui-même a confié à la fin du match que sa préférence restait l'axe central de la défense (vidéo), il a démontré que, finalement, Rudi Garcia n'avait pas toujours tort lorsqu'il affirmait que sa pépite pouvait se montrer plus à l'aise au milieu. "Il peut faire un très bon milieu de terrain, assurait l'ancien coach olympien il y a déjà deux ans. Il a toutes les caractéristiques : il est bon techniquement, a le sens de l'anticipation et sent bien le jeu, il est capable de porter le ballon et de casser les lignes". Un diagnostic confirmé samedi face à Lille, où la propreté de ses interventions dans les duels et de ses remontées de balles a sauté aux yeux. "Il a été bon, à l'image de l'équipe, confirme au Phocéen l'ancien directeur du centre de formation olympien Jean-Luc Cassini. L'OM a enfin effectué un vrai pressing et cela lui a facilité la tâche. On a pu voir ses qualités de relances et de lucidité dans le positionnement. C'est bien ce qu'il a fait, d'autant que Villas-Boas avait vraiment besoin de changer quelque chose dans ce secteur, mais cela demande confirmation sur plusieurs matches".

"On ne commet pas les erreurs qu'il a pu faire dernièrement par hasard, même si n'importe qui peut se faire enrhumer par Mbappé"

Cette dernière remarque est évidente concernant Bouba Kamara. Ultra-précoce, le jeune prodige olympien semblait s'être un peu endormi sur ses lauriers depuis le début de la saison. Des difficultés en rapport avec l'irrégularité générale de l'équipe, évidemment, mais peut-être aussi dues à un certain relâchement. "Il ne faut pas oublier que c'est encore un très jeune joueur, confirme Jean-Luc Cassini. Il faut voir tout ce qui se trame autour de lui depuis des mois, avec ces histoires de contrat, de sollicitations extérieures, de salaire, et surtout le buzz que fait le club autour de lui pour le valoriser. Toute l'implication et la concentration qu'il doit mettre sur le terrain ont naturellement tendance à se diluer un peu avec tout ça. Ces 10 ou 15 % de vigilance perdus se paient cash, surtout à ce poste de défenseur central. On ne commet pas les erreurs qu'il a pu faire dernièrement par hasard, même si n'importe qui peut se faire enrhumer par Mbappé. C'est là dessus qu'il doit sans cesse travailler, il doit prouver à chaque match, ne pas s'endormir". Son réveil et le réveil de l'équipe ont effectivement relancé l'OM dans une posture de combat que l'on attendait depuis longtemps. Ce serait, du coup, vraiment dommage de ne pas enchaîner, surtout dimanche face à Lyon. Dans cette affiche traditionnellement très compliquée pour l'OM, un Kamara aussi tranchant au milieu ne sera pas du luxe, surtout que les Lyonnais sont eux aussi en train de se réveiller...