OM : pourquoi Sampaoli nous agace lors des gros matchs

Jorge Sampaoli a montré ses limites cette saison en négociant mal la plupart des grands rendez-vous de l'OM. Inquiétant pour la suite de l'histoire de l'Argentin à Marseille ?

Publié le 16/05/2022 à 01:00
OM : pourquoi Sampaoli nous agace lors des gros matchs

La liste est grande. Bien trop grande. Lorsque l'on passe en revue les gros matchs cette saison disputés par l'OM, on constate que la plupart ont été mal négociés par les Olympiens et surtout par le coach Jorge Sampaoli.

2022, l'année des gros matchs manqués pour Sampaoli

Les prémices avaient eu lieu en octobre lors du match nul 0-0 face au PSG à l'Orange Vélodrome, où Sampaoli et ses joueurs s'étaient montrés trop frileux face à des Parisiens réduits à dix en seconde période. Puis, il y a ce déplacement à quitte ou double en Europa League à Galatasaray où Sampaoli se rata tactiquement avec un 4-4-2 où le côté gauche hybride entre Luan Peres latéral gauche et Gueye milieu gauche prit totalement l'eau. Le tableau s'est depuis le début de l'année 2022 largement assombri : les deux cuisants revers début février à Lyon (2-1) et surtout en quart de finale de la coupe de France à Nice (4-1) ont entamé le crédit de Sampaoli lors des grands rendez-vous.

La défaite contre Monaco à domicile (0-1) en mars a même provoqué la grosse colère des supporters marseillais, avant que Sampaoli change enfin d'attitude et gagne son premier grand rendez-vous contre Nice (2-1) en avril. Mais c'est bien le seul vrai gros match que l'OM a gagné cette saison. Car chez Sampaoli, le naturel est revenu au galop, notamment lors du déplacement au Parc des Princes (défaite 2-1 face au PSG) où là encore l'ancien de Santos ne fut pas assez ambitieux dans le jeu en seconde période. La double confrontation contre Feyenoord en demi-finale de l'Europa League a ensuite laissé des traces, tant à l'aller (défaite 3-2) qu'au retour (le très frustrant 0-0), avec ce sentiment que le coach de l'équipe néerlandaise Arne Slot a su parfaitement exploiter les failles de la tactique de Sampaoli. Et entre les deux matchs, c'est l'entraineur de Lyon Peter Bosz qui a appliqué la même recette pour piquer l'OM de Sampaoli lors d'une seconde période terrible au Vélodrome (0-3).

A Rennes, Sampaoli s'est entêté

La défaite samedi soir à Rennes (2-0) apparait donc comme la défaite de trop lors des gros matchs pour un Sampaoli incapable d'adapter son style de jeu selon la difficulté de l'événement. Là où il aurait fallu jouer la profondeur face à des Rennais obligés d'attaquer en nombre, le coach argentin a encore une énième fois privilégié sa sacro-sainte possession, en titularisant notamment Amine Harit dans un rôle de faux numéro neuf. Le résultat a été catastrophique, l'OM ne pesant pas du tout en attaque face à des Rennais qui se sont régalés en lançant des flèches dans le dos de la défense marseillaise.

Outre sa passivité en cours de match pour effectuer des changements, Sampaoli donne l'impression de vouloir imposer sa fameuse idée de jeu basée sur le contrôle du ballon à chaque match : si cela fonctionne face à la plupart des équipes de Ligue 1 (ce n'est pas pour rien que l'OM est resté si longtemps à la 2e place au classement), ça ne passe pas dès que le niveau s'élève chez l'adversaire. Mais qu'importe, dans une logique qui frôle le dogmatisme, Sampaoli reste campé sur ses idées, quitte à aller droit dans le mur comme samedi au Roazhon Park, ou lors de la demi-finale retour contre Feyenoord au Vélodrome où ses joueurs se sont entêtés à redoubler les passes devant la surface adverse sans jamais faire tenter autre chose.

Dernier espoir contre Strasbourg ?

Ce formatage a donc montré ses limites cette saison lors des gros matchs. Il en reste un, samedi prochain contre Strasbourg. Sampaoli n'a donc pas intérêt de se manquer à nouveau tactiquement, sous peine déjà de tout perdre, et pour éviter d'augmenter un peu plus le ressenti du public marseillais à son égard, alors que Pablo Longoria songe à prolonger le contrat de Sampaoli. Pour continuer l'aventure sereinement, une belle victoire samedi prochain permettrait à Sampaoli de montrer qu'il peut afficher un autre visage. Histoire de nous rassurer pour la saison prochaine, car là, on est agacé et inquiet...

 

Les gros matchs où l'OM de Sampaoli a déçu cette saison


OM 0-0 PSG
Galatasaray 4-2 OM
Lyon 2-1 OM
Nice 4-1 OM
OM 0-1 Monaco
PSG 2-1 OM
Feyenoord 3-2 OM
OM 0-3 Lyon
OM 0-0 Feyenoord
Rennes 2-0 OM