OM-Lorient : les Bretons et le piège du beau jeu

Focus sur le comportement de Lorient au Vélodrome avant leur match contre l'OM.

Publié le 17/10/2021 à 12:00

Une petite équipe au Vélodrome, c'est l'assurance de voir un adversaire qui bétonne et une formation de l'OM qui doit redoubler d'ingéniosité pour forcer le verrou. Historiquement, traditionnellement, Lorient est une équipe qui joue le maintien en Ligue 1. Un nul dans la plus grande enceinte de France, c'est donc bon à prendre pour eux. Sauf que. Déjà, les Merlus sont historiquement et traditionnellement une équipe portée sur un jeu plutôt offensif, incarné par le fameux 4-4-2 mis en place par Christian Gourcuff depuis les années 90, en s'inspirant, à son niveau, du Milan AC de Sacchi. Et au Vélodrome, les Bretons n'ont jamais refusé le jeu. Pire, les deux techniciens phocéens les plus mis en avant pour leur jeu offensif sur les 20 dernières années, Erik Gerets et Marcelo Bielsa, ont tous deux essuyé des défaites qui ont fait mal à domicile contre Lorient. 

Deux défaites difficiles à avaler pour Gerets et Bielsa

Pour Gerets, cela arrive à l'automne 2008. L'OM mène sans trop d'encombres 2-0 à l'heure de jeu. Et l'arbitre va même refuser le troisième à Mamadou Niang pour un hors-jeu inexistant. Cela ressemble fort à de la compensation car l'attaquant sénégalais avait marqué sur penalty juste avant pour une faute en dehors de la surface. Et alors que cela devait rester anecdotique, les conséquences sont fâcheuses car l'OM s'en prend trois dans le dernier quart d'heure. Sur une reprise forte d'Amalfitano à l'entrée de la surface, une frappe lointaine d'Abriel et enfin un tir croisé de Gameiro sur un contre assassin. Sur les deux derniers, Mandanda n'est pas exempt de tout reproche. Après coup, des voix se font entendre contre cet OM trop joueur et le 4-4-2 losange de Gerets qui ne protège pas assez la défense. Pour Bielsa, ce sera au printemps 2015. Un match qui permettra à ses détracteurs de s'en donner à coeur joie, lui et son organisation trop offensive, avec André Ayew latéral gauche pour l'occasion en plus de Imbula, Payet, Alessandrini, Thauvin et Gignac déjà dans le onze. En face, Jordan Ayew avait à coeur de prendre sa revanche et il mettra un sacré doublé. Malgré un Payet en feu, qui permet avec ses services de revenir à 2-2, Nkoulou relance mal et voit Lorient reprendre l'avantage dans la foulée. Ca se finira à 5-3 pour les visiteurs. Mais avec là aussi deux buts où la responsabilité du portier est grandement engagée... et c'est à nouveau Steve Mandanda. 

L'expérience de l'an dernier pour Sampaoli

Quels enseignements en tirer ? Est-ce qu'il suffit de dire à Jorge Sampaoli de préférer Pau Lopez pour ce match ? C'est évidemment bien plus compliqué que ça. De toute façon, l'entraîneur marseillais est prévenu. Lorient, il l'a déjà joué l'an dernier, cela avait encore donné un match spectaculaire avec cinq buts, mais cette fois-ci c'était en faveur des Olympiens. Par deux fois, l'OM s'était fait prendre par la vitesse de Wissa dans l'entrejeu et la finition de Terem Moffi. Mais Milik avait joué parfaitement son rôle d'attaquant remiseur, Payet était toujours aussi inspiré, alors que Pol Lirola avait montré ses aptitudes offensives. Là encore il y avait au départ des intentions offensives puisque dans le 3-5-2 de Sampaoli c'était cette fois-ci... Florian Thauvin qui avait été aligné en tant que piston gauche. Mais face à l'échec de cette solution, Sampaoli s'était repris avec l'entrée de Luis Henrique et le passage de Boubacar Kamara un cran plus bas à la pause. Le coach argentin, qui a assuré vouloir rester fidèle à ses principes offensifs, comme vous pouvez le voir en vidéo, ne devra pas oublier d'éventuelles corrections en cours de partie. Car Lorient aussi aime jouer...