OM : Longoria durcit le ton et assume les changements radicaux

Pablo Longoria a assumé ses choix face à la presse hier. Une sortie remarquée.

Publié le 04/08/2022 à 01:00

Déterminé et convaincu. C'est ce qu'on peut retenir de la conférence de presse de Pablo Longoria. Après un mois de juillet très compliqué, où les polémiques autour de la gestion de l'effectif par Igor Tudor ont fleuri, le président de l'OM a voulu montrer qu'il était en contrôle. Et il a durci le ton.

Les changements radicaux sont assumés

L'OM devrait se constituer un effectif renforcé d'une dizaine de recrues cet été, le centre de formation a été intégralement repensé, des nouveaux dirigeants importants sont arrivés à l'image de Javier Ribalta, et surtout, l'OM a changé de direction sportive avec un nouveau coach au style de jeu radicalement opposé à celui de Jorge Sampaoli. Risqué de tout bouleverser quand on vient de finir deuxième ? Pablo Longoria s'est exprimé à ce sujet face à la presse : "Dans le football, il y a des différentes choses et je le crois fermement. La première chose, c'est que je crois que l'évolution naturelle du football est vers un football plus physique, plus basé sur les transitions, plus basé sur les intensités physiques. Si l'on prend les données de toutes les équipes de haut niveau, il y a quelque chose en commun : des données physiques très importantes. (...) C'est un risque mesuré. On veut devenir un club européen, avec un niveau d'exigence important, un club avec une culture de club importante, avec des règles. Nous voulons une performance sportive pérenne".

Le choix Tudor affirmé

Et Igor Tudor dans tout ça ? Sa gestion est l'objet de critiques, mais Pablo Longoria lui a apporté un soutien fort devant le groupe : "Le message du club n'a pas changé depuis le jour de la présentation d'Igor Tudor. Depuis le premier jour, on a parlé d'exigence, de travail, de discipline. Tout le monde prend la même direction depuis que je suis arrivé à l'OM. Je crois que c'était important de rappeler toutes ces choses. Tout le monde doit prendre la même direction : supporters, joueurs, coach, club... Je voudrais rappeler également ce que j'ai dit durant la conférence de presse d'Igor Tudor, il s'agissait de sa première question, il y a le club, l'entraîneur et les joueurs (avec un geste de la main pour indiquer l'ordre). Mardi, on a rappelé toutes ces choses". A Igor Tudor de faire ses preuves désormais, en lui souhaitant de regagner totalement la confiance de son vestiaire.

Pas de force pour l'opinion publique

Ces derniers jours, le cas de Bamba Dieng a beaucoup fait parler. Il n'a pas pris part à la moindre minute de jeu sur les trois derniers matchs amicaux. Deux raisons sont avancées. La première est sportive. Tudor n'apprécierait pas son profil. La seconde est politique et pourrait le mener vers un transfert, puisque Longoria l'a rappelé, il veut un effectif de 22 joueurs et qu'ils sont bien plus nombreux, si on prend en compte les éventuelles futures recrues (Sanchez, Veretout, un stoppeur gauche). Mais le président de l'OM a voulu faire comprendre qu'il y avait peut-être aussi un problème d'implication : "La performance du joueur est jugée à l’entraînement au quotidien. Il n’y a pas de passé dans le football, c’est maintenant, le prochain entraînement, le dernier match, le prochain match, ce que tu as fait hier, ce que tu as fait aujourd’hui. C'est un joueur très important. On connait le joueur : on parle d’un vrai talent, d’un joueur avec beaucoup d'impact sur sa première saison en Ligue 1. C'est aussi un joueur qui a de la valeur, mais il faut rappeler les valeurs du sport moderne".

Le président de l'OM s'est agacé lorsqu'a été évoquée une réticence de certains supporters de l'OM, notamment sur les réseaux sociaux, concernant la probable arrivée de Jordan Veretout, à qui ils reprochent ceci : il aurait payé les frais d’avocat de son beau-père finalement condamné pour agression sexuelle. "Je pose des questions : il est condamné ? Non ! Ok, première question... Il y a une supposition qu'il a fait quelque chose. C'est une supposition ou un fait ? Car je peux faire des suppositions sur d'autres choses. Après, il y a d'autres questions toujours. Il faut se regarder dans les yeux, être honnête. Dans la vie, naturellement, il faut avoir de l'éthique, des valeurs, de la droiture. Mais attention au jugement des personnes. Une rumeur, c'est un réflexe de la vie actuelle avec les réseaux sociaux. Juger populairement quelqu'un pour une supposition, c'est juste ? C'est moralement acceptable ? Il faut une réflexion sur cette société actuelle. C'est mon point de vue, il faut toujours respecter les personnes", a conclu le président de l'OM, qui semble déterminer à avancer, contre vents et marées.

> Le président a toutefois un peu manié la langue de bois sur les dossiers mercato, comme vous pouvez le voir en vidéo, lorsqu'il évoque les cas Jordan Veretout et Alexis Sanchez.