OM : le 3-4-2-1 de Tudor avec les joueurs de l'OM, ça donne quoi ?

Est-ce que l'effectif de l'OM est taillé pour le 3-4-2-1 d'Igor Tudor ?

Publié le 04/07/2022 à 01:00

Le choix de Pablo Longoria de faire d'Igor Tudor le remplaçant de Jorge Sampaoli sur le banc de l'OM peut prêter à discussions. Pas le timing. Le président phocéen avait annoncé ne pas vouloir attendre plus du week-end pour tourner la page. Le technicien croate est déjà à Marseille, la composition du staff de Tudor à l'OM est déjà bien avancée. L'ancien de la Juve déboule sur la vague de sa belle saison en Série A avec le Héllas Vérone. Un exercice bouclé à la 9e place, devant le Sassuolo de Maxime Lopez par exemple, ou l'Udinese de Delofeu, avec un schéma de jeu aussi original qu'immuable : un 3-4-2-1. Soit l'association de deux idées courantes en Italie, une défense à trois avec deux pistons dans les couloirs, mais également des milieux offensifs ou des attaquants reconvertis positionnés juste derrière le buteur pour combiner. Si l'on ne se fie qu'à la composition, c'est dans cette organisation que Jorge Sampaoli avait bouclé la saison 2020-2021 à la cinquième place de Ligue 1. Mais avec l'effectif actuel de l'OM ça donnerait quoi ? Comme vous pouvez le voir également en vidéo, il y a de quoi faire un onze-type plus qu'intéressant. Mais cela se complique sérieusement dès lors qu'on essaie de doubler tous les postes. 

220703_onze.jpg (228 KB)

Gardiens : avantage Mandanda ?

Pour le poste de gardien de but, difficile de déterminer qui de Steve Mandanda ou de Pau Lopez partirait avec une longueur d'avance. Tudor n'ayant pas une attente spécifique, sur un positionnement haut ou un timing de relance, peut-être que celui qui a fini la saison en tant que capitaine va démarrer. 

Défenseurs centraux : pour l'instant, il y a le nombre...

Dans son effectif, l'OM compte actuellement six défenseurs centraux : Duje Caleta-Car, Samuel Gigot, Leonardo Balerdi, Isaak Touré, Luan Peres et Alvaro Gonzalez. Mais le premier est annoncé sur le départ à un an de la fin de son contrat, et le dernier avait été écarté en fin de saison. Le départ de Sampaoli change-t-il la donne pour Alvaro ? A priori non, mais ça ne serait pas le premier renversement de situation de l'histoire du football alors qu'il est sous contrat jusqu'en 2024.

Pistons : que des profils à relancer

Décevant l'an dernier, Pol Lirola peut-il se relancer dans ce qui semble être un système taillé pour lui ? Ce serait plus que souhaitable car le club n'a pour l'instant aucune concurrence à lui mettre dans les pattes. Rongier était latéral droit avec Sampaoli mais avant tout pour se replacer au milieu selon les phases de jeu, pas pour déborder et centrer. A date, la doublure est donc... Nemanja Radonjic, indésirable à un an de la fin de son contrat et de retour d'un prêt infructueux à Benfica, mais qui a le mérite d'avoir occupé ce poste à quelques reprises en sélection nationale. A gauche, Sead Kolasinac est toujours là, alors que celui qu'il avait remplacé dans l'effectif, Jordan Amavi, est de retour de prêt. 

Milieux de terrain : configuration taillée pour Guendouzi et Rongier

Dans un 3-4-2-1, les deux milieux de terrain défensifs sont un peu au four et au moulin, la complémentarité de la paire étant la clé. Cela pourrait donc être une belle opportunité pour Mattéo Guendouzi et Valentin Rongier de faire une nouvelle saison pleine, en mettant en avant leur intelligence tactique et la science de récupération du ballon dans les pieds adverses. Derrière Pape Gueye pourrait lui aussi retrouver une belle fonction de pieuvre. Mais en numéro 4 dans la hiérarchie actuellement, puisque Gerson a fini la saison en trombe en tant qu'élément offensif, on pourrait bien trouver... Kévin Strootman, sur le départ également à un an de la fin de son contrat, mais qui au moins connaît bien ce système. 

Milieux offensifs : retour de la doublette Gerson-Payet ?

Dans la ligne des quatre derrière l'attaquant de Sampaoli, Gerson et Dimitri Payet étaient souvent dans la même zone, soit sur le côté gauche, soit même sous l'attaquant il y a un an. Renouveller cette expérience semble largement possible, la complémentarité des deux éléments n'étant plus à prouver. Ce qui fait que, sur le papier, Cengiz Under part avec une longueur de retard. Mais le Turc a de quoi se rendre indispensable à ce poste, alors qu'à sa signature Pablo Longoria rappelait qu'il pouvait exceller dans un rôle plus axial. Restent Luis Henrique et Konrad de la Fuente, strictement plus ailiers pour le coup, qui peuvent toutefois réapparaître avec une réorganisation du trio offensif, par exemple en cours de partie.

Attaquants : tout pour Milik

Si l'on se penche sur les caractéristiques de Giovanni Simeone (17 buts et 6 passes décisives en Série A l'an dernier avec le Héllas Vérone), il n'y a rien qui ne semble pas dans les cordes d'Arkadiusz Milik, qui a déjà prouvé dans cette configuration sur ses premiers mois à l'OM toute son efficacité et sa classe. Dans un style différent, on retrouve Cédric Bakambu, qui pourra lui aller chercher la profondeur, ainsi que la spontanéité de Cheikh Bamba Dieng.