Découvrez le nouveau Phocéen Accès à la beta

OM : la longue marche d'Isaak Touré vers le très haut niveau

Transféré du Havre à l’Olympique de Marseille l'été dernier, le jeune défenseur central n'est pas au niveau pour l'instant.

Publié le 29/11/2022 à 01:00

Arrivé à l'OM au premier jour du mercato estival, Isaak Touré ne parvient pas pour le moment à se faire une place dans la rotation d'Igor Tudor chez les défenseurs centraux. Et pourtant, avec les blessures à répétition d'Éric Bailly, les suspensions et les débuts hésitants de Samuel Gigot, ou encore les performances moyennes de Leo Balerdi, il y avait pourtant de quoi faire. Mais on oublie que le colosse formé au Havre (2m06) n'a que 19 ans, et qu'il n'était même pas titulaire indiscutable la saison dernière en Ligue 2, comme le rappelle au Phocéen le scout Kevin Nieto : "On l'a surtout découvert lors de la deuxième partie de saison au Havre, et on a vu son potentiel. De par sa taille bien sûr, mais aussi pour ses qualités cognitives, dans le sens où il sait positionner son corps dans l'espace par rapport au ballon et aux adversaires. Il se déplace aussi intelligemment, et pour un tel gabarit, c'est assez rare. Je n'ai pas été étonné qu'un club comme l'OM se positionne très vite, avant que ça coûte beaucoup plus cher". Le voir intégrer pas à pas le très haut niveau n'a donc rien d'étonnant, sauf que de nombreux supporters marseillais voyaient l'histoire différemment. D'où une certaine déception...

L'international français U19 n'était pas prêt du tout au niveau de la L1, et encore moins au haut du tableau

Le miroir grossissant de l'OM n'est plus à décrire, et Isaak Touré a pu en mesurer l'effet, même s'il n'avait pas besoin de ça avec son immense gabarit. Il s'en est fallu d'une performance correcte en tout début des matches de préparation pour en faire un concurrent à une place de titulaire dans l'axe aux yeux des fans, alors que la réalité était tout autre. La réalité, c'est en fait que l'international français U19 n'était pas prêt du tout au niveau de la L1, et encore moins au haut du tableau. On s'en est aperçu lors des matches amicaux suivants, mais surtout lors de ses rares entrées en L1 (5 pour 63 minutes de jeu). Deux premières passées assez inaperçues lors des victoires face à Lille et à Angers, puis 25 minutes à Strasbourg (2-2). L'OM mène 2-0 et se dirige vers une victoire tranquille lorsque Isaak entre à la 65' à la place de Kolasinac. Sanction immédiate avec deux buts des Alsaciens, dont un suite à un gros oubli de sa part sur Mothiba. Une bourde qui fait mal.

Des prêts à Angers, Metz ou St-Etienne cet hiver sont à l'étude

Les six premiers mois de Touré sont donc à oublier, avec pour résultat une sixième place dans la hiérarchie des centraux aux yeux d'un Igor Tudor qui déclarait à son sujet : "Il est très jeune, il vient de Ligue 2 et il lui faut un temps d'adaptation. Lors des amicaux, il a bien joué, au-delà de ce que l'on attendait. Il est donc normal que derrière il y ait une petite baisse pour s'adapter". Une adaptation qui pourrait toutefois se faire loin de Marseille, comme le laissait entendre récemment Pablo Longoria : "On doit avoir une réflexion par rapport aux joueurs qui sont moins utilisés au sein de l’effectif. Ce sont des investissements pour le club, et sans une compétition européenne, on va jouer une fois par semaine. Les places dans l’équipe vont se réduire. Sur des cas individuels comme Touré et Suarez, on a beaucoup investi et on doit avoir la bonne réflexion". Le président olympien va donc devoir trouver un moyen d'exposer et faire progresser Isaak, et des prêts à Angers, Metz ou St-Etienne sont à l'étude. Le tout étant d'avoir la certitude que ces clubs le feront jouer, car en dépit de son très jeune âge, Touré sait qu'on oublie vite à Marseille. Bien plus vite qu'ailleurs...